Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 07:02

Les explications de l’ABEF et des experts

monnaie euro dinnar

 

Les opérateurs économiques estiment que la dépréciation du dinar atteint, présentement, des seuils alarmants.

Certains producteurs avancent même cet argument pour justifier la décision d’augmenter les prix de leurs produits juste après l’Aïd El Fitr, à l’image du groupe agroalimentaire Cevital. Toutefois l’Association des banques et établissements financiers (ABEF) atteste du contraire soulignant « qu’il n’y a rien de spécifique en cette période ». « Aucune chute ni une hausse exceptionnelle du dinar n’est enregistrée », affirme le délégué général de l’ABEF, Abderrezak Trabelsi. « La dépréciation du dinar est strictement liée à l’évolution de l’économie nationale, à la situation financière du pays, à la production et productivité et également de la situation au niveau mondial », observe-t-il. En clair, une monnaie se déprécie quand le niveau de croissance et de productivité baisse et inversement. Le dinar n’est donc qu’un « baromètre », a-t-il noté avant d’ajouter que c’est l’économie algérienne dans son ensemble et les résultats qu’elle affiche qui peuvent définir le taux de change du dinar par rapport à d’autres monnaies. Donc si les performances de notre économie marquent des tendances à la hausse, le dinar s’apprécie. Pour le délégué de l’ABEF, l’argument avancé par les opérateurs pour justifier une augmentation des prix est un « faux prétexte ». « Pourquoi les prix des produits ne connaissent-ils donc pas de baisse quand le dinar s’apprécie ? », s’interroge-t-il. Cependant, il reconnaît qu’il y a une corrélation entre les prix et les taux de change « parce qu’une bonne partie des produits est importée ». 

Les répercussions inflationnistes des augmentations salariales
Pour l’économiste Mourad Goumiri, il y a d’abord une explication à donner sur la différence entre dévaluation et dépréciation d’une monnaie. Ainsi, il précise que la dévaluation est une décision souveraine d’un Etat qui sur la base d’une politique monétaire va formellement dévaluer sa monnaie d’un pourcentage donné, afin de retrouver les équilibres perdus sur les différents marchés. « C’est un acte qui est tenu secret, jusqu’à son annonce pour éviter la spéculation », précise-t-il. Quant à la dépréciation, « elle rend compte d’une situation du marché des changes à un moment donné, ce qui signifie que la tendance peut se renverser en fonction des éléments objectifs de ce marché au niveau national pour ce qui est de l’offre et de la demande et au niveau international ». Résultats des courses : « A mon avis, notre pays n’est pas dans une situation de dévaluation. Par contre, les autorités monétaires verraient d’un bon œil une diminution des importations qui ont atteint des sommets jamais égalés par le renchérissement des prix, consécutif à la détérioration du dinar », ajoute-t-il. Pour ce qui est de la relation prix et valeur du dinar, l’économiste estime qu’il faudrait analyser quelle est la part des importations dans le prix de revient du produit proposé à la vente, entre zéro pour cent (produit national) à 100% (produit importé et vendu en l’état). « Le renchérissement des prix des produits et services importés par augmentation des devises ou la détérioration du dinar est une politique courante lorsqu’on veut diminuer les niveaux d’importation. Mais ni le ministère des Finances ni la Banque d’Algérie n’ont annoncé de pareilles mesures. C’est d’abord le signe évident d’un déséquilibre entre les flux physiques et ceux financiers, qu’on appelle le coefficient de liquidité d’une économie (Pib/masse monétaire) », explique-t-il. Il va sans dire que « les augmentations des salaires et des pensions (avec effet rétroactif), sans gains de productivité réels, entraînent automatiquement des tensions inflationnistes de réajustement qui se répercutent sur le marché des devises, entraînant une détérioration du dinar par rapport aux autres monnaies de référence. Il est donc normal que les importateurs ajustent leurs prix à la hausse pour contrecarrer cette perte de change », observe encore l’économiste. Partageant le même avis, Messaitfa Bachir, expert ès économie, souligne que le dinar a connu depuis le mois de janvier dernier « une fluctuation du taux de change par rapport à la monnaie étrangère et non pas une dévaluation ». L’expert souligne que la valeur du dinar dans la politique de la Banque d’Algérie n’est pas libre mais soumise à une politique des prix définie entre les banques avec l’intervention de l’autorité monétaire. « L’objectif est de maîtriser la demande des opérateurs économiques et du gouvernement sur les devises », affirme-t-il.

Source Horizons Wassila Ould Hamouda

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires