Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 11:43

Algérie - Dévaluation rampante du dinar

change euro dinar

 

La valeur du dinar sur le marché parallèle ou celui des cambistes de plus en plus florissant.

Depuis 1995, le dinar continue sa descente aux enfers. Les cotations hebdomadaires officielles des billets de banque et des chèques de voyage, communiquées par la Banque d'Algérie, donnent un aspect de ce dérapage de la monnaie nationale par rapport à l'euro et le billet vert. Un euro qui s'achetait contre 98,18 DA à partir du 20 novembre dernier est monté à 99, 49 dinars à compter du 18 décembre, puis passant au-dessus de la barre des 100 dinars, soit 101,90 DA à partir du 25 décembre. Le billet vert a connu également une tendance haussière. De 72,96 DA l'unité en fin novembre de l'année écoulée, il a progressé jusqu'à 73,71 DA à l'achat à la dernière semaine du mois de décembre. La dépréciation du dinar est d'autant plus ressentie que la facturation de nos importations se fait en euros et les exportations en dollars. La dégringolade est beaucoup plus prononcée dans la sphère informelle qui brasse 40% de masse monétaire en circulation, soit «environ 13 milliards de dollars», selon les chiffres avancés par les experts. Depuis quelques années, l'écart entre l'échange officiel et parallèle, du reste anormal, est très important.
La valeur du dinar sur le marché parallèle ou celui des cambistes de plus en plus florissant à l'ombre d'absence de bureaux de change réglementaires, est encore moins lotie en comparaison avec l'échange officiel. Bon an mal an, un euro s'échangeait contre 140 à 150 dinars et entre 95 et 100 DA pour le dollar. Selon les économistes, «la Banque d'Algérie a fait le choix de laisser glisser le taux de change pour freiner le taux d'inflation tiré en haut par les augmentations de salaires et l'accroissement des importations». «Le coût de revient de nos produits, dont les intrants sont payés en devises fortes, augmente un peu plus à chaque nouvel approvisionnement en matières premières qui suit l'épuisement des stocks. Après cette courte période, qui ne dépasse pas généralement 2 mois, l'augmentation est automatiquement répercutée sur le prix final du produit sur le marché local», a témoigné Slim Othmani en sa qualité d'opérateur économique. Les importations couvrent «70/75% des besoins des ménages et des entreprises dont le taux d'intégration ne dépasse pas 10/15% et 97/98% des exportations sont le résultat des hydrocarbures à l'état brut et semi-brut», selon le Pr Abderrahmane Mebtoul. Pour lui, il existe «une dialectique des liens entre la logique rentière et l'extension de la sphère informelle qui favorise la dépréciation du dinar: l'évasion fiscale. Ce qui constitue inévitablement un véritable frein au véritable développement hors hydrocarbures. Le dinar est une monnaie presque dépendante du dollar, étant donné que les revenus en devises sont issus à 97% des hydrocarbures. Il est à noter par ailleurs que le volume des réserves de change placées aux Etats-Unis est estimé à 173,6 milliards de dollars à la fin juillet. Ceci dit, le moindre dérapage de la valeur du dollar américain impactera sur la facture des exportations et par ricochet sur les recettes financières de l'Algérie.
Par ailleurs, les importations de l'Algérie, principalement payées en euros, ont franchi la barre de 40 milliards de dinars depuis l'année 2010 contre 39,29 milliards de dollars en 2009. La transition vers l'économie de marché concurrentielle est possible, pour peu, disent les experts, que «se réalisent les mutations systémiques nécessitant un profond réaménagement dans les structures du pouvoir qui repose essentiellement sur la rente, la distribution de revenus sans contreparties productives pour une paix sociale fictive et éphémère». Puisque les ventes d’hydrocarbures sont reconverties du dollar en dinars, tout dérapage rampant du dinar par rapport au dollar, «gonfle artificiellement le Fonds des recettes et voile l'importance du déficit budgétaire», indique le Pr Mebtoul. Cet artifice d'écritures explique que bien que «la cotation du dollar et de l'euro n'évoluent pas dans le même sens, souvent la Banque d'Algérie dévalue simultanément le dinar à la fois par rapport au dollar et à l'euro, ce dernier renchérissant les importations des produits également écoulés sur le marché national en dinars auxquels la valeur finale, sans compter les coûts des circuits de distribution, est amplifiée par les taxes douanières calculées sur la valeur import en dinars», explique-t-il. Par ailleurs, le délégué général de l'Abef, Abderrahman Khalfa, a indiqué que «le marché de change informel viendra à disparaître petit à petit au fur et à mesure que la sphère formelle grignote sur ces parts du marché car il n'est ni structurel ni durable.
Quant aux transactions il faut dit-il, les traiter par des mécanismes juridiques et réglementaires.»

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires