Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 15:41

Plus de 17.000 cas recensés

Alors que le 50e anniversaire de l'Indépendance sera fêté dans une année, l'Algérie n'a pas encore assaini ce dossier datant de l'époque coloniale.

Un demi-siècle après l'Indépendance, des terrains sont toujours au nom des colons. Plus de 17.000 biens immobiliers sont enregistrés au nom des colons. C'est ce qu'a avancé, Djelloul Belkacem, sous- directeur à la direction générale des Domaines lors de son intervention, hier, à la journée parlementaire tenue au Sénat sur les contentieux fonciers. Le chiffre donne le tournis.
Alors que le 50e anniversaire de l'Indépendance sera fêté dans une année, l'Algérie n'a pas encore assaini les traces de l'époque coloniale. Pourquoi? Que faisait l'administration pendant tout ce temps-là? Ce n'est que récemment que l'Etat a entamé ce chantier qui touche à son unité et son intégrité. En 2010, une disposition a été introduite dans la loi de finances 2010 exigeant l'inscription de tous les biens au nom de l'Etat. Sur 17.298 cas recensés 1523 ont été actualisés. L'on rappelle que beaucoup de pieds noirs ont tenté de récupérer leur bien en Algérie. Ces derniers ont même déposé plainte contre l'Algérie auprès de l'ONU. C'est pourquoi le gouvernement a pris des mesures pour assainir la situation du cadastre foncier. L'opération est loin d'être facile. M.Djelloul a reconnu que cette opération est très compliquée et elle demande d'effectuer des investigations sur tous les points.
Le pire est que les données ne sont pas informatisées pour en faciliter l'accès. Malgré la complexité de l'opération, M.Djelloul assure que les services des Domaines vont poursuivre l'opération pour protéger l'intérêt de l'Etat et assainir la situation du foncier. Pour en finir avec le cadastre foncier, un programme détaillé a été tracé pour achever l'opération en 2014. Ce responsable a reconnu que le foncier constitue un véritable handicap pour l'investissement. «Sans le foncier, il ne peut pas y avoir d'investissement», a-t-il affirmé en expliquent que la pénurie du foncier est due en partie à la situation juridique de plusieurs assiettes de terrain. Un constat confirmé par plusieurs intervenants. Les contentieux fonciers sont un casse-tête chinois pour la justice.
D'énormes affaires sont suspendues pour motif de contradiction L'administration complique davantage la tâche de la justice. Bouraoui Omar, juge à la Cour suprême est revenu sur plusieurs affaires où l'administration contredit les décisions de jugement prononcées par la justice. «Alors que nous sommes en 2011, des responsables locaux réclament des terrains qui datent depuis 1962», a déploré M.Bouraoui. «Où était l'administration», s'est-il interrogé. Selon lui, beaucoup d'instructions et d'ordonnances sont complètement contradictoires avec les lois. L'absence de contrôle et d'application des lois a ouvert le champ à la mafia du foncier.
Des centaines de terrains, pour ne pas dires des milliers, ont été détournés dans le cadre de la révolution agraire. Maître Bouraoui a également précisé que l'administration n'aide pas la justice en ne lui présentant pas des preuves concrètes sur les propriétés foncières.

Source Le Soir d’Algérie

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires