Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 04:51

Le pillage du patrimoine prend de l'ampleur   objets antiques decouverts

 

Pièces de monnaies, armes antiques, lampes à l'huile, manuscrits et autres sont là l'essentiel des 357 pièces archéologiques récupérées durant les trois premiers mois de l'année en cours par les unités de la Gendarmerie nationale en charge de la lutte contre les atteintes aux biens culturels et à la protection du patrimoine national.

C’est un trafic dont on ne parle pas souvent en dépit de son importance tant en termes d’ampleur qu’en termes de procédés, pourtant  c’est de la contrebande bien organisée dont il s’agit où les criminels qui l’exercent activent en réseaux bien souvent internationaux. Il s’agit du trafic de pièces archéologiques faisant la richesse mais surtout l’identité historique du pays. Le trafic illicite des biens culturels comme une forme de criminalité spécifique prend, en effet, de plus en plus de l’ampleur, les trafiquants adoptant de nouveaux techniques et procédés dans un cadre structuré. Une «fonction» en forte activité dans l’Est algérien, que pratiquent les contrebandiers «en sous-marin», puisque officiellement et aux yeux de tous,  ils sont commerçants, journaliers et même fonctionnaires. Ces derniers s’adonnent à la contrebande et à la vente des pièces archéologiques récupérées ou trouvées suite à des fouilles illégales. Plus ambitieux, ils exercent dans «l’export» de ces pièces en établissant des contacts à l’étranger dont les pays voisins en vue d’organiser leurs transactions. Sabres en bronze de l’époque coloniale 1852, pièces de monnaies en bronze de l’époque antique, numidienne et romaine, statuettes métalliques datant de l’époque punique, des médailles en bronze du XXe siècle, ustensiles de cuisine en argent et en bronze (chope, cuillère et assiette) datant de l’époque antique, des pièces de météorites et autres œuvres d’art.

Ainsi, pour les trois premiers mois de 2013, ce sont pas moins de 357 pièces archéologiques qui ont été récupérées après 23 affaires traitées durant les trois premiers mois de l’année en cours par les unités de la Gendarmerie nationale en charge de la lutte contre les atteintes aux biens culturels et à la protection du patrimoine national. Suite à quoi 14 personnes ont été incarcérées.

Une activité concentrée dans l’est du pays

Pour démonter la courbe ascendante de cette activité, durant l’année 2012, les unités de la Gendarmerie nationale, en collaboration avec les Cellules régionales de lutte contre les atteintes aux biens culturels de Souk-Ahras, Tipasa et d’Oran ont traité pas moins de vingt-cinq affaires ayant conduit à l’arrestation de quarante-trois personnes et la saisie de quatre cent quatre -vingt-quinze pièces archéologiques qui ont été remises aux directions de la culture. De leur côté, les unités de l’Armée ont découvert dix sites archéologiques qui ont été portés à la connaissance des autorités concernées. Alors qu’en 2011,  278 pièces archéologiques ont été récupérées et 27 mis en cause arrêtés sur 23 affaires traitées. A cela sont venus s’ajouter onze sites archéologiques découverts par les unités de la Gendarmerie nationale.

Dans le détail, ces affaires ont concerné les découvertes archéologiques, la vente illégale des objets archéologiques, les fouilles illégales, la dégradation, la destruction, la mutilation, l’abattage, la non-déclaration de la découverte, l’escroquerie et enfin la contrebande des objets d’art. Par régions, celle de l’Est vient en tête du palmarès, avec en premier lieu la wilaya de Souk-Ahras, suivie de Guelma, Batna et de Sétif, puis de Tipasa pour le centre du pays. De ce fait, il est évident que la concentration du trafic lié aux pièces archéologiques relevant du patrimoine national dans cette région trouve son explication dans le fait que bon nombre de monuments et sites historiques que recèle l’est du pays notamment localisés dans la région des Aurès et le Constantinois. Ce que viennent appuyer les statistiques données par la Gendarmerie nationale selon lesquelles l’activité des unités du

5e Commandement régional de la Gendarmerie nationale de Constantine a enregistré le nombre le plus élevé en matière de constatation des infractions liées aux atteintes aux biens culturels avec seize affaires traitées, soit un taux de 64% du nombre global. De ce fait, la Gendarmerie nationale qui s’inscrit dans le cadre de la lutte contre cette forme de contrebande,  prend part actuellement au14e Salon international du tourisme et des voyages (Sitev) pour une sensibilisation optimale des citoyens sur la protection du patrimoine, ainsi que celle des zones touristiques, la saison estivale étant dans deux semaines.D’autre part, outre de coopérer avec le ministère de la Culture, à travers la restitution des pièces et objets récupérés, elle a organisé des formations de recyclage axées sur la lutte contre les atteintes aux biens culturels, (techniques d’investigation, procédures, processus criminalistique), au profit du personnel des unités spécialisées en police judiciaire.   

Source L’Expression  Le Jour d’Algérie

Lynda Naili Bourebrab

 Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires