Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 10:30

Algérie - Allocation touristique, frais pour soins à l’étranger : Les députés veulent un relèvement des montants

apn-algerie.jpg

 

Les députés demandent au gouvernement un relèvement de l’allocation touristique  ainsi que l’allocation pour études et soins à l’étranger, c’est ce que propose  dans son  rapport introductif sur la loi de Finances 2010, la commission des  Finances et Budget de l’APN.

En effet, la commission, au nom des députés appelle le gouvernement  à  «réfléchir à des mécanismes pouvant aider  certains  citoyens, à prendre en charge leurs frais d’études à l’étranger  et d’autres pour des  soins à l’étranger,  probablement des cas de maladies graves qu’on ne peut prendre en charge localement. Il est difficile de croire que la commission qui travaille habituellement en étroite collaboration avec les représentants du gouvernement dans l’enrichissement d’un tel  projet de loi n’ait pas eu l’aval de l’exécutif. Et ce n’est pas la seule. La Commission a fait beaucoup de propositions similaires  telles que «la facilitation de l’octroi de médicaments pour les malades chroniques»  et d’autres aides sociales en faveur des enfants scolarisés par exemple. Mais  cette idée de relever le niveau des transferts est une première. La première  fois que le gouvernement a pensé à une pareille mesure remonte aux années 80 où les Algériens se contentaient des 330 FF  pour se rendre à l’étranger  et  l’on pouvait en plus payer son billet de train, ici en Algérie et en dinars.

L’allocation a fini par passer à l’équivalent de 15 000 DA à transférer, soit 150 dollars. Un pécule qui ne suffirait à couvrir qu’un jour de frais, alors que l’on évalue un séjour minimum de trois jours, en terre étrangère, à 1000 euros. Avec les restrictions liées à l’obtention du visa, peu d’Algériens  se posaient la question de savoir si ce montant était à même de couvrir  leurs frais inhérents, non pas au tourisme mais au voyage.

La réglementation prévoit quatre cas de transfert

La possibilité de disposer d’un compte en devises qui sera alimenté par des opérations de change au noir a ajouté à leur indifférence. Pour le commun des mortels, on ne  comprend pas pourquoi des pays  comme la Tunisie, le Maroc et la Libye pouvaient se permettre «  un pécule qui fait dix fois le nôtre», nous dit un voyagiste qui exclut que ce relèvement puisse constituer «un manque à gagner ou une hémorragie pour nos devises». La cagnotte «est assez conséquente» et les Algériens seront de moins en moins candidats aux voyages  avec «les conditions draconiennes qu’on imagine,  aujourd’hui, dans l’obtention d’un passeport biométrique», ajoute-t-il. La commission de l’APN n’a pas fixé un seuil  mais on peut souhaiter qu’elle (la proposition)  «prenne en  compte ce qui se fait chez nos voisins», nous dit-on. A titre de comparaison, le Marocain a droit à une allocation de change de 1350 euros, le Tunisien à 2.400, celle-ci est passée du simple au double en quelques années seulement.

De plus,  nos voisins ont même la faculté «de cumuler ce montant en deux ans ou de le fractionner pour plusieurs sorties», ajoute notre voyagiste. La réglementation algérienne en matière de change prévoit quatre cas de transfert au profit des  particuliers. Il s’agit de l’allocation touristique, 15 000 DA par an (environ 150 euros), soins sous conditions à l’étranger, allocations études pour les non boursiers ainsi que les frais de rapatriement de corps, 100 000 DA (environ 1 000 euros). En 1996,  la Banque d’Algérie avait institué un droit de change au profit des nationaux résidents poursuivant une scolarité à l’étranger. Le montant a été  fixé à 7.500 dinars maximum par mois pour une période maximale de dix  mois s’écoulant entre le 1er septembre et le 30 juin.

Une autre instruction de la Banque d’Algérie avait, la même année, institué un droit de change  pour soins à l’étranger  fixé à la contre-valeur en devises d’un montant maximum de 120.000 dinars par année civile «sous réserve que les soins suivis à l’étranger ne soient pas couverts par une prise en charge délivrée par un organisme algérien de sécurité sociale», précise le texte.

Source Horizons K. Daghefli.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires