Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 06:37

Algérie - Depuis le 1er juillet 2011, les Algériens sont privés d’assurance voyage

papiers identite algerie

L’assurance voyage n’est plus délivrée depuis le 1er juillet 2011 par la majorité des compagnies d’assurance et jusqu’à nouvel ordre, faute de filialisation de l’assurance de personnes.
Pour les citoyens qui comptent voyager à l’extérieur du pays ou déposer des dossiers de demandes de visa, la tâche ne sera plus facile. Ces deux derniers jours, ils étaient nombreux à se déplacer au niveau des agences ou agents généraux représentant les compagnies d’assurance à demander cette assurance qui couvre spécialement les risques et accidents de santé. Mais en vain, à leur désappointement et l’embarras des préposés et agents. En effet, les compagnies d’assurance, tant publiques que privées, ont suspendu l’assurance voyage, depuis le 1er juillet 2011. Sur instruction du ministère des Finances, notifiée par les directions générales à leurs réseaux, les assureurs ne proposent plus ce produit jusqu’à nouvel ordre. Motif de cette suspension, les sociétés d’assurance, tant publiques et privées, avaient jusqu’au 30 juin 2011 pour constituer des filiales dédiées exclusivement à l’assurance de personnes. Peu d’assureurs se sont conformés à cette obligation qui découle de la loi relative aux assurances amendée en 2006. Sur l’ensemble des compagnies agréées, seules celles relevant du secteur public et notamment la SAA, la CAAR et la CAAT, se sont conformées à cette obligation et créé des filiales en partenariat avec d’autres investisseurs. Ainsi, la filiale de la Société nationale des assurances, créée en partenariat avec la Macif et dédiée à l’assurance de personnes, santé et prévoyance, est déjà lancée. Ce produit est censé être distribué au niveau des agences de la SAA, par le biais d’une convention de distribution. Néanmoins, la distribution reste encore au stade premier. Pour les compagnies privées, la situation est à l’arrêt. Dans la mesure où la Compagnie internationale d’assurance et de réassurance (Ciar) a déjà initié un projet de filiale mais ne l’a pas encore rendu opérationnel. En attendant le lancement de cette filiale, la Ciar a suspendu donc ce produit. C’est également le cas pour la GAM ou Alliance Assurances qui ont suspendu cette prestation, sauf dans le cas d’avenants et rectification. Or, la demande de prorogation du délai, déposée par l’Union des assureurs et réassureurs (UAR) auprès du ministère des Finances, n’a pas été agréée. Ainsi, les assureurs, privés s’entend, se retrouvent forcés de respecter une disposition légale mais contraignante, et d’autant que l’obligation leur a été faite voilà trois ans de relever le niveau de capital social minimum à un milliard de dinars pour l’assurance de personnes. «On a mis la barre trop haut. Il aurait été judicieux de maintenir le niveau minimum initial de 200 millions de dinars», estime le P-dg de la compagnie privée Alliance Assurances, Hassan Khelifati, invité hier d’une conférence- débat sur la dynamique entrepreneuriale. Et d’autant que la rentabilité de ce produit, un souci entrepreneurial primordial, ainsi que son développement restent problématiques. Optimiste, le premier manager d’Alliance Assurances l’était pourtant, dans la mesure où la situation pourrait, à terme, évoluer. En effet, la compagnie devrait finaliser, avant la fin du mois en cours, les négociations avec un partenaire étranger pour la création d’une filiale assurance- vie. Et d’autant qu’Alliance Assurances compte développer la bancassurance avec Société Générale Algérie, dans le cadre d’un partenariat pionnier entre un assureur privé et une banque privée.

Source Le Soir d’Algérie Chérif Bennaceur 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires