Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 10:04

Algérie - La grippe A est réapparue dans notre pays avec une cinquantaine de cas enregistrés!

grippe-porcine-3.jpg

La grippe A est réapparue dans notre pays avec une cinquantaine de cas enregistrés dans les wilayas d’Alger, d’Aïn Defla, d’Annaba et de Constantine depuis le début de l’année en cours. Alors que ce virus continue de faire de nouvelles victimes, les autorités sanitaires, à leur tête le ministère de la Santé, n’ont annoncé aucune alerte sanitaire pour stopper sa propagation de plus en plus inquiétante.

Douze personnes ont été déclarées jeudi porteuses du virus, trois de sexe masculin à Aïn Defla, âgées de 26, 15 et 14 ans, 7 à Alger, une à Annaba et une autre à Constantine. Pour les deux dernières, leur état est assez critique.

S’agissant des 7 cas dans la capitale, 5 sont hospitalisés à l’hôpital d’El-Kettar et 2 personnes âgées prises en charge à l’hôpital de Birtraria. Mardi dernier, 5 cas de grippe A/H1N1 ont été confirmés et trois autres probables enregistrés dans la wilaya d'Aïn Defla, a indiqué jeudi dernier, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. Une mère de 40 ans et ses quatre enfants ont été atteints du virus A/H1N1 à Aïn Defla, a précisé M. Ould Abbès. «Les patients sont en cours de rétablissement», a-t-il ajouté, relevant que les trois cas probables, ainsi que cette famille sont pris en charge par l'hôpital d'Aïn Defla, où ils bénéficient de toutes les mesures médico-sanitaires requises. Alors que la pandémie continue de faire des victimes, les autorités sanitaires, à leur tête le ministère de la Santé et de la Réforme hospitalière, continuent d’observer un silence troublant. Selon certains observateurs, ce silence reflète une volonté de minimiser l’ampleur de cette vague de grippe A/H1N1, de plus en plus inquiétante. Des mesures urgentes doivent pourtant être prises pour stopper la propagation de ce virus. Le directeur général de l’Institut Pasteur, Mohamed Tazir, a tranché jeudi sur les cas de personnes atteintes par le virus H1N1 en Algérie. Ce responsable a indiqué que la pandémie est réapparue dans plusieurs hôpitaux du pays, annonçant qu’entre 350 à 400 cas de grippe, dont 85% de grippe saisonnière contre 15% de grippe A/H1N1 ont été enregistrés jusqu'à présent. Cela signifie que plus de 50 personnes ont été atteintes par le virus A/H1N1 depuis le début de réapparition de cette pandémie. Mohamed Tazir a expliqué, par ailleurs, que le rôle de l'Institut consistait à faire des analyses du virus A/H1N1 et de les présenter au ministère de la Santé, qui les transmettra à son tour aux établissements hospitaliers, soulignant la nécessité de respecter les conditions de transport afin de garantir l'exactitude des analyses. «En cas de mort suspecte d'un malade, l'hôpital doit procéder à une analyse et à un prélèvement d'un échantillon de son poumon et l'envoyer à l'Institut Pasteur», a-t-il fait remarquer. M. Tazir a tenu à rassurer les citoyens que cette pandémie ne s’est pas beaucoup propagée, alors qu’il a, lui-même, confirmé la réapparition de cette maladie. Pour sa part, le directeur de la prévention au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Ismaïl Mesbah, a appelé tous les citoyens à respecter les règles d'hygiène et à consulter un médecin en cas d'apparition des symptômes de la maladie, plus répandue durant cette saison dans plusieurs régions du monde.

Source Infosoir M.D.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires