Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 06:17
Ghoul convoque aujourd'hui sa première rencontre publique
Amar Ghoul ambitieux et modeste
Le nouveau parti d'Amar Ghoul risque de bouleverser la donne politique nationale.
Le nouveau parti de l'ex-ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, Tadjamou Amel El Djazaïr (TAJ) ou Rassemblement de l'espoir de l'Algérie, tiendra aujourd'hui sa première réunion publique à l'hôtel Sheraton d'Alger.
Cette rencontre, qui regroupera les cadres du parti et les coordinateurs des différentes wilayas, intervient quelques jours après le dépôt du dossier d'agrément du TAJ auprès du ministère de l'Intérieur, soit le 15 août dernier.
Selon des sources proches du parti, cette réunion est le prélude à l'organisation du congrès constitutif qui se tiendra, sauf changement de dernière minute, les 15 et 16 septembre prochain.
Elle est aussi l'une des phases préparatoires du parti dans la perspective d'élargir sa base militante en vue des élections locales du 29 novembre prochain.
«La rencontre de demain (aujourd'hui, Ndlr), sera une occasion pour faire connaître les fondements, les valeurs ainsi que l'idéologie du parti», a fait savoir Mohamed Djemaâ, proche collaborateur d'Amar Ghoul, dans une déclaration faite hier à notre rédaction. Ce nouveau parti de M.Ghoul, député d'Alger, capte l'attention des observateurs et ce depuis son lancement après la démission de l'ex-ministre des Travaux publics de son ancien parti, le MSP en l'occurrence.
A l'origine, un désaccord politique avec le parti de Bouguerra Soltani qui a décidé de ne pas faire partie du prochain gouvernement ainsi que de boycotter, dans le cadre de l'Alliance islamiste de l'Algérie verte (AAV), les instances de l'APN.
Deux décisions qui n'étaient pas du goût du fondateur du TAJ qui a, par ailleurs, affirmé prendre ses distances avec son ancien parti le jour de l'installation de la nouvelle Assemblée le 26 mai dernier.
Alors que les députés de l'Alliance verte brandissaient des pancartes rouges dénonçant la fraude électorale, Amar Ghoul déclarait à la presse qu'il était au service de l'Etat. Au fil des jours, le TAJ prenait de l'importance et des militants de différentes obédiences convergent vers lui. «Nous recevons des centaines d'appels par jour de citoyens qui veulent rejoindre le parti», a indiqué Mohamed Djemaâ.
Mais les grosses pointures recrutées par le parti sont celles des cadres dissidents d'autres formations; Mohamed Djemaâ étant lui-même un ancien cadre du MSP.
Ratissant large, les responsables du TAJ sont toujours en contact avec les dissidents de ces partis, notamment ceux du FFS, RND et FNA. Selon notre interlocuteur, le parti disposerait déjà «de dizaines de députés venus de l'AAV, du Front national algérien (FNA) et des indépendants». «Il y a des pourparlers avec d'autres députés mais je ne peux pas avancer pour le moment un nombre précis de parlementaires qui ont rejoint notre parti», a-t-il ajouté. Le nouveau parti de Amar Ghoul sera-t-il prêt pour aborder les prochaines élections locales d'autant plus que le facteur temps peut lui être défavorable? «On fera tout pour être présent à ces élections et présenter des listes dans le maximum de communes», a répondu M. Djemaâ, annonçant l'installation des bureaux du parti à travers les wilayas du pays. Ainsi, au rythme où vont les choses et vu les soutiens dont il bénéficie, le nouveau parti d'Amar Ghoul risque de bouleverser la cartographie politique nationale d'autant plus que toutes les conditions s'y prêtent. Les partis traditionnels vont devoir s'adapter et faire avec.
Source L’Expression Karim Aimeur
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires