Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 08:50

Algérie - Détresse des enfants - Les conflits conjugaux incriminés

realites-algeriennes.jpg

 

80% des cas de détresse de nos enfants sont dus essentiellement aux conflits conjugaux dont les conséquences sont beaucoup plus complexes sur cette catégorie vulnérable de la société.

C’est ce qui ressort de l’étude réalisée par le réseau algérien pour la défense des droits de l’enfant (Nada), dévoilée, hier, par les responsables de ce réseau, lors d’un séminaire sur le thème : «La protection des droits de l’enfant victime de conflit conjugal», organisé dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de l’enfant.
«Nous avons rencontré des enfants subissant des situations conflictuelles plus en moins graves et nous avons constaté que la cause principale de près de 80% des cas de détresse sont dus au conflit conjugal, contre 20% dus à d’autres facteurs, tels l’abandon et le rejet parental», révèle Mlle Salima Bersa, psychologue et membre du réseau Nada.
Cette étude a pris en considération l’échantillon des 500 derniers cas reçus par son réseau. Ainsi, on dénombre, commente-t-elle, 400 cas dont la détresse est causée principalement par les conflits conjugaux, contre 100 autres dus aux diverses situations, à l’instar de la pauvreté dans laquelle vivent beaucoup de nos enfants.
Revenant sur l’aspect ayant trait aux conflits conjugaux, la conférencière a affirmé, également, que la plupart des cas, les enfants subissent des troubles psychologiques, dont le nombre avancé est de 123 cas, soit 24,2% des enfants touchés par cette enquête. En plus, cela entraîne l’échec scolaire, car on dénombre 113 personnes, soit 22,6% de l’ensemble de l’échantillon de l’étude. Pour les autres conséquences des conflits conjugaux, les résultats de cette étude ont révélé 49 cas d’enlèvements, 38 d’attouchements sexuels et viols, 25 de délinquance et de toxicomanie et 23 d’enfants obligés de travailler avant l’âge légal. Par ailleurs, M. Arar, président du réseau Nada, a recommandé, lors de son intervention, un certain nombre d’actions susceptibles, d’après lui, de contenir ce fléau qui ne cesse de «gâcher» la vie à des milliers de nos enfants, qui ne sont, pourtant, responsables en rien de cette situation douloureuse. A noter enfin qu’un nombre important de représentants des différentes associations ont participé à ce séminaire, auquel ont assisté également le secrétaire général des scouts et le président de l’APC de Sidi M’hamed, Bourouina Mokhtar.

Source Infosoir Djamal Djenane

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires