Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Pages

2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 06:32

Algérie – A l’approche de l’Aïd - Des gâteaux, que des gâteaux !

gateaux-de-l-aid.jpg

 

Des gâteaux de grand-mère, bien gros et bien consistants, même si certains restent indétrônables.

Plus question de traîner... Les quelques jours qui suivent vont être pleinement remplis entre – toujours ! - les repas, les achats de vêtements et d’ingrédients pour les retardataires et, surtout, la grande aventure du gâteau de l’Aïd ! Et les artistes, ce sont nos jeunes filles et jeunes femmes qui ne se contentent plus des traditionnelles pâtes à makrout-chamia à base de semoule bien sablée ou de pâte à griouèche-samsa-sebiâte el qadi à base de farine, ou encore de ces pâtes de mouskoutchou, cornes de gazelles et différents caâk ! Non !
Nous n’avons plus, au menu de la «fouara», seulement des gâteaux grand-mère, bien gros et bien consistants ! Même si certains restent indétrônables ! Mais toute une panoplie de petites choses. Des préparations ingénieuses et multiformes qu’elles nous découperont amoureusement en carrés, en losanges… qu’elles garniront encore avant de patiemment les placer dans des caissettes multiformes en papier, alliant admirablement couleurs et ingrédients.

Elles mélangent, s’échangent et améliorent les recettes d’où qu’elles soient. Car leurs gâteaux sont polyculturels : elles marient agréablement le miellé aux glaçages et meringues européens, en y incrustant les crèmes étagées russes, sans omettre les noix de coco et autres fruits exotiques des pays tropicaux. Les recettes ? Vous pouvez vous en procurer partout, dans n’importe quel… cercle féminin ! Des cahiers et des carnets personnels sont ainsi soigneusement confectionnés et enrichis d’année en année, devenant de véritables «précis» de gâteaux de fête. Les recettes sont sûres : elles ont été testées bien avant l’Aïd !

De plus, il y en a pour tous les goûts et… pour toutes les bourses, puisqu’un plateau au four peut vous faire obtenir une bonne platée de minuscules choses à déguster et non à engloutir ! Une sorte de passage du gourmand au gourmet, en fait ! La fureur est générale et l’appétit gargantuesque, visible et repérable au niveau de toutes les rues et venelles où une multitude de petits revendeurs s’installent, assurés d’écouler leurs marchandises et aromates auprès des jeunes filles des maisons du coin qui ne peuvent pas trop s’éloigner du logis familial car les heures de la journée sont si courtes et les jours sont comptés ! Des gâteaux, des gâteaux, des gâteaux ! On en aura plein la vue, plein les plateaux, plein l’estomac. Vive l’Aïd et vides les poches ! Car la folie gargantuesque à l’état primaire l’emporte !...      
Source El Watan – Djoullanar

Le Pèlerin

Partager cet article

Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog