Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 23:55

Algérie - Elite algérienne établie à l’étranger

 harraga.jpg

 

Ces génies qui font le bonheur de l’Occident dont les estimations d’ici à 2020 ou rien qu'en Europe on comptera plus d’un million de cadres d’origine algérienne, dont des dizaines de milliers à des postes de responsabilité significatifs.

«Ils sont des dizaines de milliers de cadres algériens à faire le bonheur des économies occidentales dans tous les domaines. Ils sont majoritairement en France, au Canada, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Leur nombre qui évolue d’année en année, avoisine actuellement les 400 000.

Dans le monde, essentiellement en Europe, des centaines de milliers de cadres et de chefs d’entreprise d’origine algérienne évoluent dans des secteurs économiques stratégiques (énergie, santé, TIC, finances…), de plus en plus à des niveaux décisionnels», affirme Fetah Ouzzani, président du Réseau des Algériens diplômés des grandes écoles et universités françaises (Reage), rencontré à l’ouverture de la première université d’été pour la communauté algérienne établie à l’étranger.

Actuellement, il y a entre 40 000 à 60 000 cadres algériens vivant aux Etats-Unis et au Canada. Environ 10 000 compétences algériennes, titulaires d’un diplôme de magistère ou doctorat et qui ont gardé leur nationalité, travaillent depuis l’an 2000 aux Etats-Unis. Plus de 7 000 médecins et 3 000 informaticiens sont établis en Europe. En France, sur les 10 000 médecins immigrés recensés, 7 000 sont d’origine algérienne dont 50% sont des spécialistes et des centaines des chefs de service. Il y a également 100 000 entrepreneurs recensés en Europe. Ce sont là, des chiffres qui démontrent le potentiel et la richesse inépuisable que nous avons à l’étranger. Selon des experts, les compétences algériennes font gagner à leurs pays d'accueil 45 milliards de dollars.

Outre les postes qu’ils occupent dans les différents secteurs économiques, les Algériens sont également omniprésents dans l’enseignement. Ils sont des milliers de professeurs qui enseignent dans de prestigieuses écoles et universités occidentales, mais aussi des chercheurs qui dirigent des instituts de recherche, et des laboratoires de renommée mondiale.

A ce propos, M. Ouzzani affirme que dans toutes les universités françaises, on trouve au moins un enseignant algérien. Parmi ces cadres qui ont brillé par leur réussite à l’étranger, on peut citer Hamid Aït Abderrahim, professeur à l’université catholique de Louvain, en Belgique, qui est également le directeur de l’Institut des systèmes nucléaires avancés au Centre de l’énergie nucléaire du même pays ; Ahmed Chenna, responsable d’un laboratoire de médecine à San Francisco, Sid-Ahmed Benraouane, responsable du département stratégie managériale et organisation à l’université du Minnesota (USA) et Mourad Ouazi, consultant à Wall Street.

Quant à la réussite la plus fabuleuse, c’est bien celle du Dr Elias Zerhouni, ex-directeur des Instituts nationaux de santé (NIH Etats-Unis), et qui vient d’être nommé au poste de conseiller scientifique au laboratoire français Sanofi-Aventis et bien d'autres..

Source et synthèse : djazairavanttout

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires