Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 09:26

Bouteflika de plain-pied dans l'histoire

bouteflika-copie-1

 

Les choses commencent à bouger en haut lieu. Et sur beaucoup de points urgents à entreprendre avant la date symbolique du 5 juillet 2012, coïncidant avec le 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie.

Ce début de mois de mars 2011, qui voit la vie politique marquer une certaine pause, après les semaines agitées, est aussi l’occasion de se préparer à de nouvelles échéances.

Ce mois de mars a été marqué par l’ouverture de la session parlementaire et le discours prononcé à cette occasion par le président de l’Assemblée populaire nationale, Abdelaziz Ziari, qui a exprimé sa hantise d’une probable abstention électorale. Ce dernier a tenu des propos en demi-teinte, plaidant certes pour la démocratie et le pluralisme, mais renvoyant dos à dos la plupart des acteurs politiques auxquels il a reproché leur ton trop rigide et leur incapacité à se parler posément. Pour surmonter ce problème récurrent, le chef de l’Etat devrait appeler à une élaboration consensuelle de la prochaine Constitution, en demandant que toutes les sensibilités de la société puissent participer à l’entreprise.

La première interrogation posée aux initiateurs a été de répondre d’abord à cette lancinante question : comment passer à moindres frais de la première République née en 1962 et qui a donné naissance à un système politique hybride, désorganisé et totalement réfractaire aux libertés publiques, à une seconde ? Deux visions s’affrontent. Cette fracture se retrouve logiquement entre les différents think tanks mis en place dans le plus grand secret depuis une année. Ceux-ci entament donc une nouvelle bataille pour promouvoir leurs priorités, leurs objectifs et faire valoir leurs craintes. Au sein de ces «laboratoires de pensée» s’exprime un sentiment d’urgence, censé inciter stratèges et responsables politiques à prendre la mesure des «véritables» problèmes politiques d’abord, économiques et socioculturels ensuite.

Si aujourd’hui encore le pouvoir n’a rien cédé sur le plan politique et démocratique, hormis la levée de l’état d’urgence, l’agenda politique mis en place et approuvé par le président Bouteflika est plus qu’ambitieux.

Première échéance cruciale : l’organisation d’élections législatives anticipées

La première mesure politique que le président Bouteflika devrait annoncer concerne la tenue cette année d’élections législatives anticipées, prélude à la future Constituante de l’Algérie.

La date précise pour la tenue de ces élections n’a pas été tranchée. Deux options s’offrent au pouvoir algérien : le mois de juin ou le mois de septembre prochains. Selon une source proche du dossier, le président Bouteflika «doit préparer l’Algérie à un véritable changement politique et constitutionnel avec la participation de l’ensemble de la classe politique et des personnalités nationales telles que Aït Ahmed, Mehri et Hamrouche.

Le pays doit arriver à faire naître la deuxième République algérienne.

La première République qui a pris le pouvoir en 1962 a échoué dans son entreprise. Le GPRA et la Constituante ont été dissous par les partisans du KO. Donc, il faut revenir à une Constituante qui devrait élaborer une nouvelle Constitution pérenne et non conjoncturelle 6 mois avant – chaque président élabore la sienne –, la dissolution du Parlement, du Conseil de la nation et de toutes les instances élues et enfin un gouvernement de transition chargé de mettre en œuvre les structures projetées, dont la préparation des élections, locales, législatives et une élection présidentielle. L’élection présidentielle pluraliste devrait être annoncée pour le 5 juillet 2012, date de naissance de la deuxième république démocratique et sociale!».

L’élaboration de la Constituante et l’élection présidentielle de 2012 en point de mire

Comme pour la première question citée plus haut, les avis divergent : il y a ceux qui soutiennent que le président Bouteflika doit continuer au-delà de l’échéance 2012 et préparer l’élection présidentielle de 2014 et ceux qui veulent un départ en 2012 après l’annonce de la tenue de l’élection présidentielle anticipée. Selon notre source, le pouvoir en place semble apprécier la position et les propositions du FFS qui a réussi une grande première la semaine dernière : «Il est revenu au temps de la mobilisation maghrébine. Le changement dans un seul pays est non productif dans cette grande ère de mondialisation. C’est le PPA, MTLD, OS et FLN (1954-62) qui ont préparé la Révolution, rassemblant le peuple jusqu’à l’indépendance en 1962. Les despotiques ont récupéré l’élan nationaliste en confisquant l’indépendance, poussant les nationalistes et indépendantistes à fuir le pays, alors que d’autres ont été emprisonnés, poussés à l’exil et assassinés. Le GPRA a été empêché d’asseoir les structures de l’indépendance, la Constituante dissoute par Ben Bella. Aujourd’hui le FFS qui n’a jamais abandonné ses luttes pacifiques, des personnalités nationales et historiques en association avec d’autres personnalités et hommes politiques sincères, peuvent constituer le nœud gordien de la renaissance nationale. Un profond changement politique, économique, constitutionnel est nécessaire aujourd’hui. Une Constituante reste le plafond nécessaire du changement, toutes les sensibilités nationales, y compris des représentants du pouvoir, des jeunes doivent s’associer pour appeler à la refondation nationale, et la naissance de la deuxième République.

Il faut aussi revoir les démarches actuelles et assainir les partis politiques. Le FLN actuel ne doit pas être encore souillé. C’est un patrimoine national à maintenir en dehors du jeu politique. Un ordre juridique nouveau doit être élaboré sur la base des principes de la future Constituante. Les partis politiques seront admis sur la base de nouvelles procédures en conformité avec les principes de la Constituante. Il faut aussi insister sur l’interdiction de partis politiques religieux et confessionnels. L’Etat doit être un Etat civil, pacifique et démocratique. La Constituante doit rester le ciment du peuple et éloigner des querelles politiques de base. La question des langues doit être aussi traitée avec attention : la langue arabe, la langue amazighe et les langues étrangères». Les initiateurs du projet de refondation insistent également sur la mise en place d’un gouvernement de transition nationale constitué par l’ensemble des formations politiques.

Sa seule mission est de réaliser des élections locales, législatives et présidentielles dans la transparence totale : «cette transition qui débutera à brève échéance de mars-avril 2011 à juillet 2012, soit 15 mois, débouchera sur la naissance de la seconde République algérienne démocratique et sociale, et non démocratique et populaire, comme annoncé dans la déclaration du 1er novembre 1954» soutiennent-ils.

Source Le jeune Indépendant Hocine Adryen

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

T


la belle vie ce n'est pas pour demain!



Répondre
L


Hello Thruth1962,


Le temps n'a pas d'emprise sur l'Algérien...Il faut lui donner le temps..Et puis la révolution.....Ce sera pour demain


Cordialement,


Surtout ne pas réveiller l'eau qui dort...!



Le Pèlerin



C


le grand dérrapage rattrapé enfin par l'histoire et ses hommes.


l'Algérie restera toujours grande, renaitra de ses cendres grace au sens de responsabilité de ses Hommes.


Gloire à nos Matyres.


 



Répondre
L


Bonjour Chalbi,


Je ne doute pas de l’Algérie…Elle s’en sortira…Cela prendra du temps …


Les martyrs aussi glorieux qu’ils furent, cela fait du rabaché


N’oubliez pas cela fait plus de cinquante ans… Avec les dollars qu’ont généré les revenus du pétrole cela devrait être un pays
de rêve


Il est de la responsabilité des descendants de ne pas avoir eu le courage de leurs aînés et de bâtir un état auquel aspire le
peuple


De ce côté-là il y a un manque….


Pour côtoyer régulièrement les gens en Algérie…Je sais que les gens aspirent avant tout à la paix….La passivité est devenue de
mise…


Il vous faudrait des gens qui vous permettent de vous unir et de retrouver une certaines agressivité (prise au sens noble du
terme) afin de maîtriser votre avenir


C’est ce que je vous souhaite…L’agressivité envers vos ennemis d’hier ne vous mènera à rien si ce n’est cultiver une forme de
haine que l’on retrouve autour du pouvoir, dans le lobbysme algérien ais pas au sein de peuple


Je vous souhaite une bonne journée


Cordialement,


Le Pèlerin



S


L'article du jeune indépendant est digne d’intérêt! Un changement en profondeur de la constitution actuelle, et un seul mandat présidentiel renouvelé une seule fois, me parait
judicieux! Une présidentielle anticipée est aussi essentielle pour accélérer la cadence pour une Algérie libre démocratique et pacifique! A défaut c'est l'incertitude!



Répondre
L


Bonsoir Sala...


Je t'avais dit que la voie royale et ans douleur...je n'y croyais pas ....Mais je préfère me
tromper


Qui vivra verra


Cordialement,


Henri


 


 



H


tant que le FFS et le RCD sont a la botte de la France, personne ne bougera. Le seul interet de la France c'est de reoccuper l'algerie ou plutot de de s'approprier le petrole de l'Algerie. Alors
allez raconter vos salades ailleurs, le monde n'est plus dupe. Une algerienne qui ne veut surtout pas que son pere ait paye de sa vie lors de l'occupation Francaise pour rien. REVEILLEZ-VOUS!



Répondre
L


Bonsoir Haggar


Je vous souhaite une bonne soirée


Il semble que vous ne ressembliez pas à vos glorieux aînés


Car eux s'ils ont payé de leur vie


Le résultat global de l'héritage qui vous a été légué, vous ne le fîtes guère prospérer


Vous pourriez réfléchir à ceci avant de jeter l'anathème sur la présence française...Cela vous empêche de
regarder devant vous


Le Pèlerin