Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 09:22

Le ministre du tourisme tunisien l’a affirmé

liaison-alger-tunis.jpg

«La sérénité est là! Et nous comptons sur le retour de nos amis algériens pour lesquels nous aurons une attention particulière!»

Des liaisons maritimes entre Alger et Tunis sont à l’ordre du jour, a révélé à L’Expression M.Mehdi Houas, ministre tunisien du Commerce et du Tourisme. Ces traversées en ferry permettront aux familles algériennes de se rendre en Tunisie en s’épargnant les 1200 km de parcours sur autoroute, a indiqué ce responsable qui sera à Alger le 18 mai prochain.

«Ces liaisons peuvent se faire, et j’en ai parlé au ministre algérien des Transports», a rappelé à ce propos ce jeune ministre dont l’ambition de révéler au monde tout le potentiel touristique de son pays est manifeste. En fait, après la révolution du 14 janvier qui a accrédité la Tunisie d’un immense capital sympathie dans le monde, le tourisme tunisien fait sa mue, avec à la clé, une conséquente manne financière qui servira pour sa promotion.

Alors que la Tunisie respire enfin l’air inestimable de la liberté, les hautes instances du tourisme entendent provoquer la montée en gamme de la destination Tunisie. Ces dernières triplent littéralement le budget du secteur et allouent, pour les besoins d’une campagne de marketing ciblé, une enveloppe de 60.000.000 (soixante millions) de dinars tunisiens.

Une bonne partie de cette somme servira à financer une importante campagne publicitaire sur l’Algérie. Tous les supports médias algériens en seront les relais. En fait, le premier responsable du tourisme tunisien au même titre que les opérateurs touristiques, les hôteliers ou les représentants d’agences de voyages croient plus que jamais en le retour en force du touriste algérien.

En effet, la Tunisie a toujours été la destination favorite des Algériens. Ces derniers sont traditionnellement classés en troisième position après les Libyens (deux millions) et les Français (1,4 million), car ils sont pas moins de un million de ressortissants algériens à se rendre annuellement au pays voisin.

Viennent ensuite les Allemands, les Anglais et enfin les Italiens. Toutefois, de nouveaux clients semblent lorgner la Tunisie, ils sont de Tchéquie, de Hongrie et surtout de Russie. «La sérénité est là! Et nous comptons sur le retour de nos amis algériens pour lesquels nous aurons une attention particulière!», a souligné le ministre qui a évoqué le «Week-end des ambassadeurs à Tozeur»; une initiative du département du tourisme tunisien qui a vu plus de 40 ambassadeurs invités à passer un week-end au sud de la Tunisie, les 25 et 26 mars dernier.

«Le Sahara tunisien, une Oasis de paix» tel est le slogan alloué à cette opération par l’Ontt (Office du tourisme tunisien) pour promouvoir après la révolution, le potentiel touristique du sud de la Tunisie. Après ce séjour, toutes les chancelleries ont quasiment levé l’embargo qu’elles avaient auparavant décrété sur la destination Tunisie, en invoquant les problèmes de sécurité.

Le tourisme tunisien, qui fait sa révolution, se défait de la politique restrictive imposée par l’ancien système et qui faisait la part belle au tourisme balnéaire.

«Le tourisme culturel a été complètement occulté par l’ancien régime. Il s’agit désormais de révéler tout le potentiel touristique de la Tunisie. Le capital culturel trois fois millénaire de ce pays doit aujourd’hui être valorisé», a expliqué M.Mehdi Houas auquel tient à coeur le renouveau d’un secteur qui fait vivre plus de 30% de la population active en Tunisie.

Source L’Expression Salim Benalia

Envoyé spécial

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires