Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 10:18

Les guichets d’Air Algérie pris d’assaut


Nous ne laisserons pas nos frères mourir seuls. Nous seront tous à Khartoum. » A 24 heures du match décisif pour la qualification au Mondial sud-africain de 2010, qui aura lieu demain au Soudan, les supporters algériens sont surchauffés. Ils veulent tous aller à Khartoum et ils déferlent sur l’aéroport international d’Alger. Des centaines de jeunes se sont déplacés, depuis dimanche soir, à l’aéroport dans l’espoir d’avoir une place sur un vol à destination de la capitale soudanaise programmé par Air Algérie. Les agences de la compagnie nationale de transport aérien sont prises d’assaut. C’était le branle-bas de combat hier, au niveau de l’infrastructure aéroportuaire.
Désorientés, les supporters algériens posent le même genre de questions : où se vendent les billets d’avion ? Au stade du 5 Juillet ? A l’intérieur de l’aéroport ? Au niveau des agences d’Air Algérie à Alger ? C’est la pagaille générale. « Hier soir, Air Algérie vendaient des billets à l’aéroport. Aujourd’hui, les policiers nous demandent d’aller au stade du 5 Juillet », lance Hamza, un supporter venu de Bouira. Comme lui, des dizaines de jeunes font, depuis le matin, le pied de grue devant l’accès principal de l’aéroport. « Nous voulons partir. Nous n’avons pas fait le déplacement pour rien. Nous ne bougerons pas d’ici avant d’avoir nos billets », déclare un des présents à l’adresse d’un policier qui l’invite à monter dans l’un des bus de transport d’étudiants réquisitionnés pour emmener les supporters au stade du 5 Juillet afin d’acheter leurs billets. Le policier tente de les rassurer : « Je vous jure que les billets sont disponibles au stade. Il faut y aller et vous ne serez pas déçus. » En vain. Chauffés à blanc, les fans ripostent en scandant le slogan : « One, two, three viva l’Algérie ». Ils se demandent pourquoi ils ne bénéficient pas de facilités pour effectuer ce voyage. « Nous ne sommes pas des candidats à la harga, nous voulons juste soutenir notre équipe nationale. Pourquoi on ne nous facilite pas la tâche ? », renchérit Slimane, un jeune de Batna.
«J’ai vendu mon portable pour partir»
Les supporters de l’équipe nationale lancent également des appels aux opérateurs algériens pour financer ce déplacement. « Où sont ces opérateurs ? Pourquoi ne mettent-ils pas la main à la poche pour nous garantir un voyage gratuit ? », interrogent-ils. N’ayant pas les 20 000 DA nécessaires pour l’achat d’un billet, certains supporters ont été contraints de faire une quête pour se rendre au Soudan. « Moi, j’ai été obligé de vendre mon téléphone portable », affirme Mohamed. Ceux qui ont réussi à accéder à l’intérieur de l’aéroport ne sont pas avantagés. Eux aussi peinent à avoir le précieux billet. Rassemblés devant l’unique agence d’Air Algérie en service dans cette infrastructure, ils attendent avec impatience leur tour. Ici, c’est la pagaille générale. Même les agents de l’ordre sont dépassés. Désorganisés, les supporters veulent tous acheter le document en même temps. « Il y a des gens qui se sont présentés avec 50 passeports, alors que moi j’attends depuis hier soir », déplore Abdelkader Reguig qui s’est déplacé de Constantine.
Les responsables d’Air Algérie tentent de rassurer
Face à cette situation, les agents d’Air Algérie sont pris entre le marteau et l’enclume. Ils craignent même d’être agressés dans le cas où les supporters ne sont pas tous satisfaits. « Moi-même je n’ai rien compris. Mais j’ai peur », lance une hôtesse de l’air. Interrogé, un responsable de la compagnie nationale estime que l’entreprise a tout organisé. « Nous avons mis en place des guichets au stade du 5 Juillet et d’autres au niveau du T3, à l’aéroport. Mais les jeunes ne veulent pas s’organiser. Il y en a même qui veulent partir gratuitement », dit notre interlocuteur. Selon lui, Air Algérie a programmé 30 vols, dont 15 pour la journée de lundi. « Nous allons transporter le maximum de supporters. Nous continuons à assurer des dessertes jusqu’à mardi soir », ajoute-t-il.
Hostiles à tout ce qui est égyptien
Profondément marqués par l’agression contre les supporters algériens au Caire, les jeunes rencontrés à l’aéroport sont toujours en colère. Ils s’en prennent à l’opérateur de téléphonie mobile Djezzy et à tous ce qui est égyptien. « La première chose que je ferai à Khartoum est de détruire ma puce Djezzy », lance un supporter. Ce dernier doute même de l’initiative prise par cet opérateur de financer le déplacement des supporters algériens au Soudan. Les jeunes Algériens sont convaincus que leurs concitoyens ont vécu l’enfer au Caire. « Il y a eu des jeunes tués en Egypte. Nous ne pouvons pas supporter de tels actes », lancent-ils. Même les agents de police étaient touchés à la vue de l’état des jeunes Algériens revenus, dimanche dernier, du Caire. « Je n’ai pas vu de corps, mais les images et les vidéos que j’ai vues chez les supporters sont atroces. La majorité de ceux qui sont rentrés hier (dimanche) étaient blessés », souligne un policier.
Source El Watan – Madjid Makedhi
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires