Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 07:32

Leur maintien au gouvernement n'est pas évident

APN

 

Plusieurs ministres comptent briguer le mandat de député aux prochaines élections législatives. Bien qu'aucune candidature officielle n'ait été déposée à ce jour,  certains membres du gouvernement ne préparent pas moins résolument leur campagne électorale.

Les partis en question, à savoir le Front de libération nationale (FLN), le Rassemblement national démocratique (RND) et le Mouvement de la société pour la paix (MSP) comptent beaucoup sur le poids réel ou symbolique de leurs ministres pour s'assurer de pouvoir rafler la mise dans différentes wilayas. Pour le Vieux parti, les noms des ministres tentés par l'aventure des législatives est, depuis plusieurs jours, un secret de polichinelle. Même le secrétaire général du parti, intervenant hier à la radio nationale n'en a pas démenti la rumeur faisant croire à la participation de six ministres aux prochaines échéances. Il s'agit, croit-on savoir, de Tayeb Louh, ministre du Travail, Djamel Ould Abbès, ministre de la Santé, Rachid Benaissa, ministre de l'Agriculture, Hachemi Djiar, ministre de la Jeunesse et des sports, Rachid Harraoubia, ministre de l'Enseignement supérieur et Amar Tou, ministre des Transports. Ce dernier, faut-il le rappeler, a animé une activité du parti sur le rôle de la femme dans la vie politique, avant-hier, à la circonscription d'El Harrach à Alger. Une activité considérée comme signe révélateur de l'implication des ministres du Vieux parti dans la mobilisation de la base et la préparation des législatives. L'on s'attendait même à un regain d'activité partisane dans les prochains jours, avec l'entrée en scèned'autres ministres. Hormis les personnalités en question, on croit savoir que le ministre de la Poste et des TIC, Moussa Benhamadi serait lui aussi intéressé de se porter candidat dans sa wilaya d'origine, Bordj Bou Arréridj. Du côté du Mouvement de la société pour la paix (MSP), la participation des ministres en tant que tête de liste est perçue comme une certitude. Des échos qui ne sont parvenus font savoir que le parti islamique mise sur ses quatre ministres aux prochaines élections législatives. Il s'agit notamment, de Amar Ghoul, ministre des Travaux publics, Mustapha Benbada, ministre du Commerce, Abdellah Khenafou, ministre de la Pêche et Smail Mimoune, ministre du Tourisme. L'on retient notamment l'activité intense menée tambour battant, depuis plusieurs semaines, notamment par ce dernier. Le MSP, affirme-t-on, compte focaliser sa campagne sur les réalisations opérées par les départements gérés par ses propres ministres. Du côté du Rassemblement national démocratique (RND), le choix des candidats a été confié à la base militante, mais l'on avance pas grand-chose quant à une éventuelle participation des ministres, ni sur leur intention de postuler à la Chambre basse du parlement. Ce qui demeure une question de temps, pour la simple raison que plusieurs membres du gouvernement n'ayant pas la certitude d'être reconduits à la tête de leur département, que ce soit au RND ou dans les deux autres formations, ne veulent pas rater cette occasion pour rester dans  les sphères l'Etat. Par ailleurs, force est de relever que la participation des ministres n'est pas toujours bien accueillie. Au FLN, des voix se lèvent, d'ores et déjà, pour demander d'accorder plus de places aux jeunes. Dans les autres partis politiques, -non représentés au gouvernement- la participation de ministres dans certaines wilayas doit être mal vue, pour la simple raison que cela  réduirait les chances de leurs propres candidats. Certains qualifient le choix de candidature des ministres "d'artillerie lourde" sortie pour la circonstance, mais dont le résultat n'est pas toujours évident. Faut-il rappeler que certains ministres, manquent de popularité en raison de la gestion discutable de leur secteur. Va-t-on assister à de mauvaises surprises ?

Source Les Débats Aomar Fekrache

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires