Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 06:48

Cherchell : une crèche à l’abandon

ch-001.jpg

 

Au moment où le chef de l’exécutif de la wilaya de Tipasa, Layadi Mostefa, insiste sur les travaux d’amélioration des espaces éducatifs dans lesquels les enfants et les étudiants évoluent, il se trouve que la crèche relevant de la commune de Cherchell, située en face des fenêtres du bureau du chef de la daïra de Cherchell, demeure livrée à l’abandon.

L’irresponsabilité et l’inconscience des représentants locaux de l’Etat avaient entraîné cette infrastructure dans une situation honteuse.
Certes, ces gestionnaires locaux des affaires publiques de l’Etat sont préoccupés par leurs intérêts personnels au détriment de celui de plusieurs dizaines d’enfants innocents.Des débris de verre jonchent la cour, où normalement les innocents enfants devraient prendre de l’air et s’amuser. Il n’y a point d’équipements pour leur permettre de jouer. Dans cette même cour, de la ferraille en tous genres, notamment des tables détruites, des poêles à mazout, des armoires, des barres de fer, des mauvaises herbes qui couvrent le sol d’un côté, de l’autre côté des objets en plastique et du papier flottent sur l’eau stagnante. Les robinets et la citerne sont à sec.

Les poux avaient envahi les dortoirs des petits pensionnaires de cet établissement communal. Au-dessus, à l’étage, autorisés par les responsables locaux, des basketteurs du MSC dorment dans l’une des salles qui devait être réservée exclusivement aux enfants, au moment où la ville dispose d’une auberge de jeunesse. En plus de ces problèmes, il y a celui des repas et l’absence totale d’hygiène. Les parents payent mensuellement 2500 DA pour chaque enfant. L’APC loue la crèche aux familles qui désirent organiser des fêtes (mariages, circoncisions) pour la modique somme de 30 000 DA.

Les équipements de la commune de Cherchell, à l’image des vestiaires du stade communal et la crèche, traumatisent les regards des curieux, bien que l’Etat alloue des sommes d’argent pour leur réhabilitation. Le résultat est invisible. Un décor indigne. La gestion opaque de ces équipements publics continue à susciter des commentaires auprès des familles des enfants et les équipes sportives. L’omerta qui caractérise la gestion de la ville de Cherchell a démobilisé les populations de cette localité côtière. Naturellement, les citoyens et les parents des enfants sollicitent la presse pour faire entendre leur voix, avec le souhait de voir ces responsables locaux rendre compte de leurs actes et leur inconscience.

Source El Watan M'hamed Houaoura

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires