Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 07:43
Université d'été du FLN aujourd'hui à Tipasa - Un rendez-vous qui s'annonce houleux
abdelaziz bekhadem
Des membres du Bureau politique et du Comité central boycottent ce rendez-vous.
Depuis plus de deux ans, le moindre rendez-vous organique du FLN s'accompagne d'hostilités. Prévue pour aujourd'hui et demain à Tipasa, l'université d'été de ce parti, qui s'annonce très houleuse, ne fera sans doute pas exception. Les redresseurs visent avant tout comme ils l'affirment, la destitution de Abdelaziz Belkhadem du secrétariat général. Pourront-ils renverser le secrétaire général? Contacté, le porte-parole des redresseurs, Mohamed Seghir Kara a fait savoir que «des militants de base, d'ores et déjà mobilisés pour cette circonstance, tenteront d'empêcher la tenue de cette rencontre folklorique tandis que les autres issus des instances de la direction du parti comme le Bureau politique et le Comité central se contenteront de boycotter ce rendez-vous». L'université d'été du FLN où sont conviés des ministres, des élus et représentants au niveau des deux chambres du Parlement, des P/APW et P/APC des chef-lieux de wilaya est qualifiée d'un «non-événement», par notre interlocuteur. L'ex-ministre du Tourisme jure que «la fin de Belkhadem à la tête du FLN est très proche. Il l'accuse d'avoir chargé ses proches de malmener les membres du Comité central y compris les fondateurs du parti, lors de la session ordinaire du CC du 17 juin dernier. La non-reconduction de Belkhadem dans la nouvelle équipe gouvernementale semble donner du punch à ses détracteurs. Ils l'accusent d'abus de pouvoir contre ses contradicteurs et «de toutes les dérives politiques, idéologiques et morales qu'à connues le parti ces derniers temps».
Le secrétaire général du FLN est ainsi selon M.Kara «en totale disgrâce et complètement lâché par les cercles du pouvoir en place». «En perpétuelles manigances et conspiration pour atteindre son seul et unique objectif de se porter candidat à l'investiture suprême, Belkhadem a fini par écarter tous les vrais militants du parti pour les remplacer par les partisans de la chkara», déplore-t-il.
En rappelant ce qu'il y a lieu de faire, à savoir rallier d'abord à leur cause les 2/3 du CC, puis se débarrasser de l'actuel secrétaire général et designer ensuite une nouvelle direction provisoire avant d'aller au congrès extraordinaire. «Des contacts et des correspondances au niveau local, régional et national sont entretenus en vue d'assurer la réussite de la démarche», a conclu Mohamed Seghir Kara.
Or, le quorum n'est pas encore atteint puisque selon le porte-parole des frondeurs, jusqu'ici sur les 343 membres du CC que compte le parti, ils n'ont pu rassembler selon eux que 180 cas favorables au retrait de confiance à Belkhadem. S'y ajoutent 41 autres qui soutiennent en principe l'initiative sans toutefois apposer leurs paraphes. L'opération dite de «récupération ou sauvetage du parti» à laquelle tend l'action des redresseurs sera «accompagnée par la récupération du mobilier et patrimoine du parti au niveau local puis central», a-t-il souligné.
A titre de rappel, la coordination nationale des contestataires du secrétaire général du FLN, a divulgué la liste des membres du comité central (CC), signataires de la pétition de retrait de confiance. Une liste additionnelle composée de 41 membres du CC du FLN, sera rendue publique ultérieurement.
De son côté, le porte-parole du FLN, Kassa Aïssi, qui dénie toute légitimité aux contestataires, estime que «toute cette montée au créneau n'est qu'une simple agitation de ceux qui n'arrivent pas à admettre leur déchéance et leur perte de privilèges à l'exemple de Abdelkrim Abada». Kassa Aïssi voit Abdelaziz Belkhadem comme candidat potentiel à la présidentielle de 2014. Il cite «l'engouement de jeunes connus par les derniers regroupements présidés par Abdelaziz Belkhadem». Enfin, faute d'espace, justifie-t-il, «seuls 500 invités seront conviés à assister à cette université d'été».
Source L’Expression Mohamed Boufatah
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires