Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 09:19

Bou Ismaïl - La récupération du papier carton à l’honneur

Bou Ismail

 

Dans le cadre de «la préservation de l’environnement et de la lutte contre la pollution industrielle», Mme Dalila Boudjemaâ, secrétaire d’Etat à l’Environnement a visité mardi passé, les deux sites de l’impressionnant complexe papetier Tonic de Bou Ismaïl.
A l’origine de cette visite de Mme Boudjemaâ, l’évaluation de l’avancement des travaux de plusieurs projets dont «une station d’épuration des eaux usées de l’entreprise Tonic, devant traiter 500 m3 par heure dont 100 m3 d’eaux usées par heure devant être rejetés à l’égout et le reste sera recyclé au niveau des machines de production de papier».
Cet ensemble est accompagné d’une station d’épuration de 12 000 m3 par jour et «vise à atténuer les impacts environnementaux sur le littoral et les riverains, économiser l’eau et éviter tout gaspillage à travers le processus de recyclage des eaux épurées», a précisé Mme la secrétaire d’Etat à l’Environnement.
Il a été précisé, dans ce cadre, que le complexe papetier Tonic, «outre qu’il soit actuellement approvisionné par des eaux de surface à raison de 5 000 m3 d’eau par jour par le biais de 300 camions par jour effectuant plusieurs rotations, vient de réaliser une jonction d’alimentation en eau potable à partir de la station de dessalement d’eau de mer de Fouka». Ce complexe papetier, à l’origine de statut privé, a été récupéré depuis 2011 par l’Etat. Plus de 5 000 travailleurs étaient menacés de licenciement à la suite des problèmes qu’avait connus ce complexe qui a fait l’objet d’une opération de redressement décidée par les pouvoirs publics.
Une solution qui a permis au méga-complexe papetier, unique en Afrique, de récupérer plus de 2 700 travailleurs avec la perspective d’atteindre plus de 3 200 en 2016. Mieux ! Ce complexe s’est engagé dans des défis majeurs, à l’instar du lancement de partenariats avec des sociétés internationales, notamment le projet de fabrication de carton compact d’une capacité de 110 000 tonnes par an. Le défi étant lancé, une EPE/SPA, propriété de l’Etat, est née, dotée d’un capital social de 30 milliards de dinars. C’est à ce titre que la secrétaire d’Etat à l’Environnement s’est adressée aux cadres de Tonic, pour dire la fierté de l’Etat algérien d’avoir «récupéré et remis sur les rails le fleuron de l’industrie papetière algérienne», qu’elle a qualifiée d’«entreprise citoyenne, sachant qu’elle joue plusieurs rôles, notamment dans la résorption du chômage, la création de 270 petites entreprises annexes, dont 90 unités de transformation et le reste chargé de la collecte des déchets». Elle précisera, à cet effet, que «30 000 tonnes de déchets récupérés ont été recyclés en 2013 avec la perspective de recycler plus de 80 000 tonnes en 2014». «L’Algérie a la possibilité de récupérer plus de 2 millions de tonnes de déchets de papier par an, partant du principe que le seul domaine de l’administration consomme plus de 572 000 tonnes/an de papier», dira-t-elle. Interpellée sur les techniques modernes d’incinération, notamment dans le secteur hospitalier, la secrétaire d’Etat à l’Environnement précisera qu’«au niveau de l’hôpital de Kouba, un incinérateur pilote est installé et que le secteur hospitalier n’a qu’à s’en inspirer. Pour les hôpitaux ou cliniques, désireux d’incinérer leurs déchets médicaux, des incinérateurs sont prévus au niveau de chaque centre d’enfouissement technique (CET)».
S’agissant de l’éducation environnementale, la secrétaire d’Etat à l’Environnement dira que plus de 7 800 clubs verts ont été mis en place dans le secteur de l’éducation, dotés et accompagnés de programmes scolaires dédiés à l’environnement.
Source Le Soir d’Algérie Larbi Houari

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires