Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 20:57
Le ministre de la santé répond aux syndicats à partir de Tipasa 
«Il n’est pas question de revoir les statuts»
  aquarelle_tipasa.jpg
Intervenant lors d’une rencontre ayant regroupé mercredi et jeudi derniers à Tipasa, les directeurs de la santé des 48 wilayas du pays, le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, M. Abdelaziz Ziari, s’il a exhorté ses collaborateurs à dialoguer avec les partenaires sociaux, était intransigeant quant à une révision profonde des statuts. Opération, a-t-il déclaré, qui risque d’ouvrir une brèche pour les autres catégories de fonctionnaires et chambouler la stratégie de la Fonction publique. Dans ce même contexte, M. Ziari a qualifié la toute dernière grève d’«illégale». Il a ajouté : «J’ai exceptionnellement débloqué les salaires des grévistes, mais il faut qu’ils sachent que les journées de grève ne seront plus payées.» Le ministre, qui a concédé que des «aménagements peuvent être apportés au régime indemnitaire, a mis en garde les syndicats contre toute tentative de politisation de ces mouvements sociaux. «Il y a des aspects faisables qui peuvent être abordés dans le cadre d’un dialogue social serein. Nous ne pouvons néanmoins faire table rase des statuts ni répondre aux revendications aux relents politiques et démagogiques portées sous la menace de grèves cycliques ou illimitées», at- il martelé. Sur un autre plan, M. Ziari a fait une révélation qui pourrait faire des vagues dans le secteur de la santé. Il a avoué devant ses collaborateurs, le népotisme qui bénéficie à certains médecins au détriment de leurs collègues : «25 jeunes médecins devant exercer dans les zones enclavées ou au Sud en vertu du service civil travaillent dans des hôpitaux d’Alger. Cela est insensé, inadmissible !» Outre ce fait du prince souligné par le ministre, c’est de la situation socioprofessionnelle de ses collaborateurs qu’il a été le plus compréhensif. «Les intérimaires seront immédiatement confirmés dans leurs postes de directeurs de santé ou de directeurs des établissements hospitaliers. Et à l’exception de ceux dont les dossiers présentent des réserves et qui sont actuellement à l’étude, je vous dis que la période d’attente et d’intérim est terminée», a-t- il conclu. 
Source Le Soir d’Algérie Larbi Houari
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Cherchell Tipasa
commenter cet article

commentaires