Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 09:19

Session ordinaire du conseil national du MPA à Tipasa - Vers un congrès extraordinaire

Amara Benyounes

 

2013 est une année charnière pour le MPA. Pour son conseil national, qui se réunit en session ordinaire, de deux jours, à Tipasa depuis hier, les enjeux à venir sont très importants, notamment en perspective de la révision de la Constitution, l’élection présidentielle de 2014 et la consolidation de l’ancrage du MPA sur l’échiquier politique.

Amara Benyounès, le SG du parti, a appelé, dans son discours, les membres du conseil national à adopter une résolution relative à l’organisation d’un congrès extraordinaire au cours de cette année. « Devenu troisième force politique du pays, le MPA est incontestablement un parti en vue. Ce statut nous impose de nous élargir en amenant aux postes de responsabilité de nouvelles compétences. C’est pourquoi, j’émets la proposition de la tenue d’un congrès extraordinaire avant la fin du mois de juin », appellera-t-il. Pour Benyounès, l’ouverture de son parti ne doit pas être une brèche pour les opportunistes. « Le MPA n’est pas une machine à laver. Notre parti est ouvert à toutes les compétences qui partagent nos valeurs républicaines et démocratiques », insistera-t-il. « Il est inconcevable qu’un parti ouvre ses portes à toutes les tendances et tous les courants politiques malgré leurs divergences de fond. Ce sont des pratiques révolues qui n’existaient que dans la sphère des partis uniques », clamera-t-il. Lors de la conférence de presse qu’il a tenue en marge du conseil national, Amara Benyounès a clarifié les positions de son parti par rapport à certaines questions. En ce qui concerne la révision constitutionnelle, le conférencier a révélé que lors de la réunion qui s’est tenue récemment avec le Premier ministre, il a émis quatre conditions. « Il s’agit de la préservation et du renforcement du caractère démocratique et républicain de l’Etat. En matière de régime politique, nous avons toujours exprimé notre préférence pour le régime semi-présidentiel, avec des prérogatives claires pour le gouvernement et davantage de pouvoirs de contrôle pour le parlement. Aussi, nous considérons que le bicaméralisme parlementaire est un impératif stratégique. Il nous importe, enfin, que soient constitutionnellement consacrées toutes les libertés », dit-il. Les débats qui précéderont la révision de la loi fondamentale seront, selon Benyounès, « un espace de confrontation d’idées entre le courant républicain démocratique et la famille islamo-conservatrice ». Sur le même registre, la limitation du mandat présidentiel n’est pas une question axiale. « Notre objectif est que la constitution consacre le cadre républicain et démocratique de l’Etat pour éviter toute déviation et prévenir tous danger de nature à remettre en question l’exercice démocratique. En ce qui concerne la limitation des mandats ou la nature du régime politique, ce sont là deux conditions qui seront définies clairement dans la constitution. Il y a de grandes démocraties classiques, comme en Angleterre, dont la loi ne limite pas de mandats. Pour autant, chaque pays a ses spécificité et ses traditions », expliquera-t-il. Pour l’élection présidentielle de 2014, Amara Benyounès se veut clair quant à son soutien indéfectible au président de la République, s’il se présentait pour un quatrième mandat. « C’est l’évidence même. Pour notre parti, il y a trois alternatives. Soit, Bouteflika se présente pour un quatrième mandat, et on soutiendra sa candidature, soit, dans le cas où le président décide de ne pas se porter candidat, on optera pour un candidat avec lequel nous partageons les mêmes valeurs et les mêmes ambitions politiques pour diriger le pays, ou on présentera notre candidat. La question de l’élection présidentielle n’est pas encore à l’ordre du jour ». A une question sur un éventuel rapprochement entre les partis dits démocratiques, il a confié que les débats qui vont précéder la révision de la Constitution est une opportunité pour rapprocher les points de vue. « Si rassemblement démocratique il y a, il se fera sur la base des valeurs et des convictions », fait-il remarquer. Il écartera toute éventualité qu’un parti politique utilisant l’islam à des fins politiques soit agréé. Il a rappelé que seul le MPA a soutenu « que l’Algérie est une exception et que les vents de ce qu’on qualifie de printemps arabe, n’y souffleront jamais ».

Source Horizons Amirouche Lebbal

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires