Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 08:29
Tipasa - Faible participation dans les agglomérations rurales
elections legislatives
La contrée rurale et pastorale de Beni Mileuk, perchée sur les montagnes de Damous, n’a pas daigné, comme lors des scrutins précédents, se déplacer pour aller voter en masse. En effet, sur 6 000 inscrits, seuls 30 % ont accompli leur devoir électoral.
Le même phénomène a été observé dans les autres localités rurales, à l’image d’Aghbal (30% de votants) et Larhat (37%). Un fort taux d’abstention constaté dans la majorité des villes de la wilaya (près de 60%). Ce phénomène est observé au niveau des grandes villes de la wilaya, à l’instar de Koléa, où le seuil de participation au scrutin reste infime (32%), Bou Ismaïl (33%), et Hadjout (38%). Ainsi, la wilaya de Tipasa, forte de 700 000 habitants, a vu 23% de sa population (166 000 habitants) désigner ses représentants au Parlement au titre des législatives de 2012. L’évolution de cette participation au cours de cette journée du 10 mai 2012 n’a pas été spectaculaire comme s’attendaient bon nombre d’observateurs et de partis politiques. De 6% à 10 heures du matin, la participation a grimpé à 16% à 13 heures, 32% à 16 heures, pour atteindre 42% à 18 heures. La proportion des femmes, qui représente près de 46% de la population, n’a pas été le déclic tant attendu pour booster cette participation électorale. Quant à la tranche des jeunes, qui représente plus de 60% de la population de la wilaya (200 000 jeunes en âge de voter), elle n’a pas suivi les harangues du président, qui l’exhortait à reprendre le flambeau de l’avenir, sachant que la génération des caciques du système n’a plus les moyens de continuer le combat. Les électeurs et les partis politiques ont signalé des incohérences au niveau des bureaux de vote de Cherchell, Hadjout, Bou Ismaïl, Fouka et Sidi Ghilès. Selon plusieurs citoyens et représentants de partis politiques, l’administration communale n’a pas pris en charge les problèmes nés de certaines particularités électorales. A Cherchell, au bureau n°11, la file des votants s’étirait sur plusieurs centaines de mètres. Pourquoi ? Ce bureau, exigu, qui compte un seul isoloir, a connu un afflux inhabituel de votants, du fait que le nombre de procurations dépasserait plusieurs dizaines, voire des centaines. Le préposé au bureau nous fera savoir que des citoyens détenteurs d’une double, voire une triple procuration par personne, ont été autorisés à voter, du fait qu’aucune instruction contraire ne l’interdisait. Les élèves de l’Académie militaire ont voté en tant que simples citoyens, hors de l’enceinte militaire. Leur inscription sur les listes électorales de la ville a surpris les bureaux de vote, non habitués à faire face à un tel afflux. Il faut noter que le vote de ces citoyens s’est fait dans l’ordre et le respect de la discipline des files qui s’étendaient sur plusieurs dizaines de mètres. A ce propos, le représentant d’un parti politique regrette que la campagne électorale se soit déroulée hors de l’enceinte militaire pour glaner ces milliers de voix des militaires à leur profit. S’agissant des résultats de ces élections, c’est le parti FLN qui a raflé la mise, en s’assurant cinq sièges sur les sept prévus. Le parti du RND est le grand perdant, du fait qu’il n’a réussi à obtenir qu’un seul siège. Quant au FNA, favori de la veille, ainsi que les islamistes, leurs résultats ont surpris.
Source Le Soir d’Algérie Houari Larbi
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires