Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 10:47
Algérie - Cherchell : le complexe sportif, un projet à la traîne
oued-el-hammam.jpg
  Oued El Hammamm - Le terrain devait se situer tout près
Des superficies agricoles à  haute rentabilité dans la wilaya de Tipasa avaient disparu, car les décideurs étaient contraints de réaliser des projets de développements et des équipements publics dans la facilité.
L’idée d’implanter un projet de construction d’un complexe sportif à l’ouest de la commune de Cherchell avait été bien accueillie par la population, d’autant plus que le lieu sur lequel sera construit le stade d’une capacité de 12 000 places n’est pas une terre agricole, mais une colline. La wilaya avait encouragé l’APC de Cherchell à entamer l’étude et les travaux de terrassement, en dépit des ressources financières communales insignifiantes. Depuis le début des travaux, c’est une entreprise publique relevant de la wilaya de Chlef qui avait été chargée des travaux.
Une enveloppe financière d’un montant qui avoisine les 350 millions de dinars avait été allouée par les collectivités locales. Les grands terrassements, le long mur de soutènement et le remblaiement du site jusqu’à atteindre le niveau de 14 m, des travaux qui avaient fait fondre la cagnotte réservée pour ce projet. L’ex-ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Djiar, avait décidé de la prise en charge de ce projet par son département ministériel. Une autorisation-programme (AP) d’un montant de 900 millions de dinars avait alors été allouée à ce projet.
Le ministère de la Jeunesse et des Sports pensait que l’étude finale du projet avait été finalisée au moment du transfert de ce projet du PCD (programme communal de développement) vers le PSD (programme sectoriel de développement). Avec cette contrainte inattendue, la DJS de Tipasa était obligée d’achever la totalité de l’étude de ce projet, c’est-à-dire prendre en charge l’étude des parties sud et nord/est. Il n’en demeure pas moins que les ruissellements des eaux et le relief difficile (accidenté, ndlr) avaient retardé les délais de réalisation de ce projet, mais sur le plan technique, il est réalisable.
En raison de l’apparition de certains problèmes au niveau de la partie sud du stade, une expertise est en cours afin de reprendre la construction des gradins. La wilaya de Tipasa, à travers sa DJS, vient de reprendre les procédures. Le chapitre de construction des gradins est couvert financièrement. L’aménagement sous les gradins et les aménagements extérieurs du stade sont en attente d’un financement. Compte tenu de la disponibilité des espaces, la pose d’une pelouse synthétique et une piste d’athlétisme sont prévues.
Ce projet du secteur de la jeunesse et des sports inscrit vers la fin de l’année 2010 à ce rythme des travaux ne sera livré que durant le 2e semestre 2015. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Mohamed Tahmi, n’a toujours pas effectué une visite dans la partie ouest de la wilaya de Tipasa pour s’enquérir de l’état de son secteur dans cette zone où des milliers de jeunes n’ont pas trouvé des espaces suffisants pour «s’évader» et se rencontrer dans les espaces sportifs. Les champions en herbe s’étaient déjà distingués.
Source El Watan M'hamed Houaoura
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires