Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 18:32

Tipasa : la soif des estivants et des populations

Tipasa-Chenoua.jpg

 

Les réunions successives organisées par le chef de l’exécutif de la wilaya, mais surtout ses instructions, n’auront pas créé les conditions minimales pour un séjour au bord de l’eau.

Les agitations effectuées çà et là pour améliorer les apparences des activités inhérentes au secteur du tourisme balnéaire à Tipasa, de surcroît au chef-lieu de la wilaya, auront été en fin de compte vaines. Déception des estivants et protestation des citoyens du Chenoua contre cette situation.La réalisation de la voie express qui permet aux automobilistes de rejoindre Tipasa continue d’entraîner des encombrements immenses le long du CW 109, cette route qui longe la corniche du Chenoua. C’est dans ce contexte chaotique - absence d’hygiène, incivisme des citoyens, circulation anarchique des véhicules, coupures récurrentes du courant électrique qui endommage les équipements électriques - que s’ajoute le déficit en eau potable.

La Seaal s’avère incapable de faire face aux besoins urgents. Les démarches entreprises par les éléments de cet opérateur dirigé par les Français, dans l’intention de préparer la saison estivale 2012, n’ont pas permis aux campings fréquentés par les citoyens et aux familles qui vivent dans les douars qui gravitent autour du mont Chenoua de bénéficier d’une alimentation en eau potable (AEP) convenable comme en été 2011. Contactés par nos soins, des gestionnaires de camping ont ouvertement critiqué la gestion de l’AEP. «C’est le terrain qui parle à présent, nous indiquent-ils, cet été 2012, la Seaal n’a pas été à la hauteur ici à Chenoua, pourtant la saison estivale 2011 était bien meilleure», précisent-t-ils.

Les citernes à eau effectuent des rotations incessantes pour approvisionner les bâches à eau de ces campings. «Est-ce que les vacanciers sont venus pour remplir l’eau dans leurs bassines et jerricans durant leur séjour ? nous dira le responsable du camping Etoile de mer, alors que la Seaal nous avait interdit d’alimenter notre camping à l’aide des citernes. Ils (Seaal, ndlr) n’ont pas donné signe de vie. C’est dégoûtant, au moment où on veut nous faire croire qu’il y a une possibilité de développer le tourisme», conclut-il. Des individus malintentionnés avaient induit en erreur les citoyens de Chenoua déjà surexcités par «la soif», afin de les inciter à détruire la canalisation qui alimente les campings du Chenoua. «Les habitants du Chenoua croient que nos campings accaparent toute la quantité d’eau qui leur est destinée, indiquent nos interlocuteurs, et Seaal profite de cette situation confuse pour désigner les boucs émissaires et dissimuler leur incapacité», ajoutent-ils.

Bien que Chenoua soit une ZET, appelée à abriter des complexes touristiques à moyen terme, les autorités chargées de gérer les affaires publiques locales de ce territoire de la commune de Tipasa affichent incroyablement leur insouciance et leur irresponsabilité, à prendre en main sérieusement les choses, pour créer un environnement capable d’encourager les investisseurs à se lancer dans la construction des projets touristiques, créateurs de richesses et d’emplois. Tout a été mis en place pour décourager les bonnes volontés soucieuses de hisser les activités touristiques à un niveau meilleur, en raison de l’irresponsabilité des bureaucrates, mais surtout de la fuite en avant de ces représentants locaux de l’Etat de Tipasa. Les discours instructifs du wali de Tipasa n’ont pas suffi malheureusement.

Source El Watan M'hamed Houaoura

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires