Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 11:23

Algérie - Les 151 logements de la ville de Merad en attente d’affectation depuis des années

beni mileuk

 

La ville de Merad, située à moins de 5 km de Hadjout, et à 80 km d’Alger, semble confrontée à un véritable casse-tête.
Quelques habitants de cette ville, nous ont fait part de leurs préoccupations concernant la situation d’un groupe d’immeubles situés au nord de la ville et comprenant 151 logements. Le projet de construction qui a démarré en 1986 a vu la réalisation finalisée de ces 151 logements en 1991, mais non réceptionnés officiellement. Ce projet financé par plusieurs organismes financiers algériens, dans le cadre d’un montage financier semblait être fin prêt pour son affectation aux citoyens. Mais ce fut à cette période et à la suite du séisme de Boumerdès, que des mesures draconiennes en matière de normes sismiques, furent imposées à l’ensemble des projets de constructions à venir ou en cours. Ces normes furent ainsi exigées lors de la réception définitive de ces 151 logements. Paradoxalement, cela a induit une autre exigence par des entrepreneurs qui, pour appliquer les exigences normatives pour renforcer et conforter les constructions à réceptionner, ont plaidé l’absence de cette clause de normes antisismiques dans le projet initial. Cela a été la source d’un imbroglio auquel les citoyens n’ont rien compris. Plus de vingt années après la fin de la construction de ces logements, aucune affectation n’a été décidée. Toujours selon les informations en notre possession, le liquidateur de la société de construction, a décidé de la vente de l’ensemble par voie judiciaire. C’est à ce titre que plusieurs tentatives de mise à prix et de vente, furent infructueuses, compte tenu des seuils de mise à prix et du caractère à prédominance rurale de cette contrée, qui ne semblait pas attirer de potentiels acheteurs. Les citoyens de la ville, nous ont informé qu’ils avaient saisi, toutes les autorités afin de voir ces logements cédés dans le cadre du LSP ou de la location-vente, mais en vain. C’est à ce titre que le wali de Tipasa, M. Layadhi, interpelé récemment par un confrère sur la situation de ces logements, reconnaît que «la complexité du dossier est telle que cela me fait mal au cœur, quand je suis face à ce projet à l’arrêt , et qui est malheureusement de type privé. Cependant, j’ai formulé des solutions afin qu’un accord à l’amiable soit trouvé entre les organismes financiers, les promoteurs et autres, afin que les citoyens puissent disposer de ces logements dans les meilleurs délais. Toutefois, j’ai donné des consignes strictes afin de préserver ces logements de tous types de vandalisme, d’intrusions et de vol en protégeant l’ensemble par une clôture. Nous avons alerté les plus hautes instances concernées à ce sujet afin qu’un arbitrage ou une solution négociée urgente soit trouvés à ce dossier.». Cependant, les citoyens s’impatientent et menacent «si aucune solution n’est trouvée, nous allons pénétrer dans ces logements, quel qu’en soit le prix», martèle un sexagénaire de cette ville, père d’une famille de six personnes 
Source Le Soir d’Algérie Larbi Houari

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires