Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 09:09
Algérie - Tournée avec les gendarmes de Tipasa - Au cœur des poches de la criminalité
Corruption et justice 
La criminalité a sensiblement diminué, durant les dix premiers jours du mois sacré, dans les communes de Tipasa. Y a-t-il une explication ? «Evidemment», explique le colonel R'mati du Groupement de la Gendarmerie nationale de Tipasa. «Cela revient aux efforts consentis par les gendarmes qui ont, au cours des derniers mois, démantelé 40 associations de malfaiteurs qui avaient installé la peur et l'insécurité dans les communes de Tipasa», ajoute-t-il. Quarante bandes dans lesquelles 126 individus ont été arrêtés.
En compagnie d’une patrouille de SSI (Section de Sécurité et d’Intervention) dirigée par colonel R’mati, Commandant du Groupement de la Gendarmerie nationale de Tipasa, nous avons effectué, durant la soirée d’hier, une tournée dans les localités côtières de la ville de Tipasa, là où un énorme dispositif sécuritaire est installé par la gendarmerie en prévision du mois sacré et la saison estivale.
Un dispositif sécuritaire installé selon les zones à risques et selon l’importance des lieux. Sur les RN11, 67, 42 et 69, des patrouilles mobiles assurent tout le long de la journée une surveillance et un contrôle strict, cela pour préserver la vie des usagers de la route, mais aussi pour assurer une parfaite sécurisation des citoyens. Au niveau des carrefours les plus importants relevant de la ville de Tipasa, à titre d’exemple celui de Koléa reliant Tipasa à Alger, ici, un énorme barrage fixe a été planté par la gendarmerie pour contrôler la fréquence des véhicules en ce mois sacré. «En plus de ce vous voyez nous avons établi une sorte de feuille de route, à partir de laquelle nous avons étalé un programme sécuritaire spécial Ramadhan qui coïncide avec la saison estivale», explique le colonel R’mati. Et quand est-il de la criminalité ? Une question que nous avons posé au Commandant du Groupement de la GN de Tipasa. Ce dernier nous a expliqué par les chiffres le bilan de la lutte contre la criminalité. «En sept mois, nous avons réussi à éliminer plusieurs dizaines d’associations de malfaiteurs. Parmi les affaires les plus importantes que nous avons traitées, il y a celle des 74 tonnes de câbles volés par un réseau dans la localité de Chaiba avant que les gendarmes de la SSI ne procèdent au démantèlement de cette bande et la récupération des câbles», explique le colonel R’mati, lors d’un point de presse animé au siège de la compagnie de Koléa.
La lutte contre la criminalité s’amplifie
Plusieurs agressions à l’arme blanche ont été recensées dans les localités relevant de la wilaya «42». Durant les sept premiers mois, les gendarmes ont traité 37 affaires criminelles, dont les auteurs ont utilisé des armes blanches. Des localités qui ont été le théâtre, durant les mois précédents, de plusieurs actes de crime, avant que les gendarmes ne procèdent au nettoyage de ces lieux. Koléa, Bou Ismaïl, Bouharoun, Khemisti, Fouka, Zéralda et Sidi Fredj, ici, dans ces localités le taux de la petite et moyenne criminalité a connu une augmentation déjà quelques mois avant le ramadhan. Presque chaque jour des appels sur le numéro vert, «10 55», parviennent à la salle des opérations des gendarmes qui faisaient état d’un acte d’agression perpétré par des inconnus. A partir de ces appels, il était certain pour les gendarmes de passer à l’acte et de répondre présents à l’appel des citoyens. C’est la raison pour laquelle les éléments de la Gendarmerie nationale de Tipasa ont réussi au cours des sept premiers mois de l’année en cours de procéder au démantèlement de 40 associations de malfaiteurs. Ces bandes faisaient la loi dans de nombreux quartiers de Tipasa.
Source Le Jour d’Algérie
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires