Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 12:42

La gale en phase d’être circonscrite

algerie enseignement

 

A en croire Ziani Redha, le chef de service de la santé scolaire à la direction de la santé (DSP) de Tipasa, les maladies provoquées par le manque d’hygiène, à l’instar de la gale et de la pédiculose, sont quasiment circonscrites dans le milieu scolaire de la wilaya, que ce soit dans les zones urbaines ou bien dans le monde rural.

Au début des années 2000, on recensait plus de 300 cas d’élèves atteints de la gale. La considérable diminution de la prévalence de ce type de pathologie dans les écoles de Tipasa est, selon le même responsable, la conséquence directe des campagnes de sensibilisation menées dans le cadre de l’éducation sanitaire consacrée par le programme nationale de la santé scolaire. « En 2010, on a constaté 74 élèves atteints de la maladie de la gale. L’année dernière, ce chiffre a chuté. Six cas seulement ont été pris en charge par nos structures et ce, jusqu’à guérison complète. Cependant, lorsqu’il s’agit de maladie due au manque d’hygiène, la meilleure manière de les éradiquer est justement la prévention. A ce titre, nous avons déployé tous les moyens nécessaires pour sensibiliser les scolarisés sur l’importance de l’hygiène corporelle » observe Ziani Redha. D’une manière générale, le même interlocuteur fait savoir que la wilaya de Tipasa dispose de 34 UDS (unité de dépistage et de suivi) à travers ses 28 communes. « Le taux de couverture de la carte pédagogique en terme de santé scolaire se situe aux alentours de 95 % et il dépasse largement la moyenne nationale. Cela dit, les équipes médicales et paramédicales affectées au niveau de l’UDS ont pour mission, entre autres, de dépister des pathologies (diabète, cardiopathie…) et différents types d’infections, la prise en charge d’élèves atteints sur place ou bien leur orientation vers les structures spécialisées. En outre, au niveau de l’UDS on prend également en charge les problèmes buccodentaires, de déformations squelettiques ainsi que les troubles ophtalmologiques » assure le même interlocuteur. Et d’ajouter : « Dès que l’enfant est inscrit en 1re année scolaire, on prend le relais en ce qui concerne le suivi de son calendrier vaccinal ». Egalement d’une importance capitale, le suivi psychologique des scolarisés est pris directement en charge au niveau des UDS. « On compte actuellement plus de 120 psychologues mobilisés à travers les 34 élèves. Ils sont constamment à l’écoute des élèves prêts à leur porter assistance. Ce qu’il faut savoir, c’est que la majorité de nos psychologues sont issus du dispositif du pré-emploi. En dépit de ce statut, (pas encore titularisés), ils fournissent un travail extraordinaire à la hauteur de leur conscience professionnelle et de leur sens d’abnégation » tient-il à témoigner. La nouveauté pour cette année dans le cadre de la santé scolaire est une nouvelle mesure fort bien appréciée par les parents d’élèves. En effet, si dans le passé les 34 UDS prennent uniquement en charge les scolarisés des classes intercalaires, entre autres ceux de la 1re année primaire, de la cinquième année, de la quatrième année moyenne et de la terminale, désormais, ce sont tous les élèves, du préscolaire à la troisième année secondaire, qui sont concernés. « Nous nous sommes préparés, que ce soit sur le plan humain ou matériel pour prendre en charge l’ensemble des élèves. D’ailleurs, nous ne rencontrerons aucun problème notable dans le cadre de l’accomplissement de notre mission » assure Ziani Redha qui a reconnu au passage que les APC et ce, à travers toutes les communes de la wilaya, remplissent convenablement leur rôle en ce sens. « Les APC sont chargées dans le cadre de la santé scolaire de transporter par bus les élèves, depuis leurs établissements jusqu’à l’UDS dont ils relèvent. Sur ce point, nous n’avons pas de problèmes et les choses évoluent très bien » reconnait-il. Toutefois, un cadre de la DSP souhaite que la direction de l’éducation fasse davantage d’efforts pour augmenter les budgets de fonctionnement affectés aux UDS. Cela, argumente-t-il, aura des répercussions positives sur la prise en charge de l’élève.

Source Horizons Amirouche Lebbal

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires