Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 08:35

Implantées à Alger, Constantine et Tipasa - Réalisation de trois usines de médicaments

medicaments 2

 

La capacité de production de trois usines de production de médicaments génériques dont les contrats de réalisation ont été signés avant-hier à Alger, entre le groupe Saidal et les entreprises italiennes Bonatti, espagnole EMTE et algérienne Softal est estimée à 96 millions de boîtes par an.

Concernant celle d’Alger, implantée à El Harrach, spécialisée dans la production des types secs avec une capacité de 40 millions d’unités de vente par an pouvant attein-dre 70 millions d’unités de vente si celle-ci venait à rouler avec deux équipes, sa réalisation a été confiée à l’entreprise nationale Softal dans un délai n’excédant pas 24 mois. Employant 125 travailleurs, elle sera opérationnelle à partir de mai 2015.  Le coût global de cette réalisation dépasse 3 milliards de dinars dont plus d’un milliard destiné aux équipements. 

Pour ce qui est de l’unité de Cherchell, dans la wilaya de Tipasa, employant 110 travailleurs,  elle se spécialisera dans la production de médicaments de types secs en sachets et comprimés à raison de 26 millions d’unités de vente. Avec la mobilisation de deux équipes, l’unité pourra atteindre 40 millions de boîtes par an. Le coût de réalisation totalise plus de 3 milliards dont plus d’un milliard destiné aux équipements. L’usine italienne CTP system aura un délai de 21 mois pour la réalisation de cette unité qui sera opérationnelle à compter de janvier 2015.

Enfin l’unité de Constantine, spécialisée dans la production de médicaments de types secs (sachets et comprimés) avec une capacité de production de 30 millions d’unités de vente par an, sa réalisation a été confiée à l’entreprise espagnole EMTE dans un délai de 17 mois pour être opérationnelle en septem-bre 2014 avec 118 travailleurs. Avec une capacité pouvant passer à 50 millions de boîtes avec la mobilisation de deux équipes, le coût de réalisation de cette usine dépasse 2 milliards de dinars dont 975 097 500 alloués aux équipements.

De ce fait, avec ces trois usines, la capacité d production de médicaments du groupe Saidal atteindra 75%. Elles contribueront d’autre part et en sus de deux autres contrats signés par Saidal en 2012 avec les laboratoires danois Novo Nordisk  pour la production d’insuline à l’usine de Constantine et la société émiratie pour la production d’anticancéreux à Sidi Abdallah outre un autre projet à Annaba pour le soutien de la production pharmaceutique nationale.

62 unités réalisées ces cinq dernières années

Le ministre de l’Industrie, de la Petite et Moyenne entreprise et de la Promotion de l’investissement, Chérif Rahmani, a indiqué lors de la cérémonie de signature des contrats de réalisation de trois usines de production de médicaments génériques, que l’industrie pharmaceutique avait enregistré 62 nouvelles unités ces cinq dernières années.

En outre, s’agissant des nouvelles acquisitions, Rahmani a précisé que ces projets feront passer le chiffre d’affaires du groupe de 12 milliards de dinars actuellement à 40 milliards de dinars en 2015. Mettant en exergue le soutien de l’Etat aux opérateurs pharmaceutiques nationaux pour la réalisation de partenariats avec des étrangers en vue d’encourager l’investissement dans ce secteur, Rahmani a en outre souligné la détermination de l’Etat à satisfaire les besoins nationaux en médicaments de qualité et à la portée de tous les citoyens, mettant l’accent sur l’engagement des pouvoirs publics à développer les médicaments génériques.

Dans ce contexte, il a insisté sur la formation des ressources humaines qualifiées et la coordination des efforts avec les laboratoires et les universités nationales pour développer la recherche dans l’industrie pharmaceutique, notamment les aspects biotechnologiques. Qualifiant l’industrie pharmaceutique de secteur «stratégique» en ce qu’il est directement lié à la santé de la population, le ministre a rappelé les moyens mis en œuvre par l’Etat pour relever le défi dans ce secteur en accord avec la transition épidémiologique en Algérie. Pour lui, la dynamisation de cette filière de l’industrie nationale contribuera au développement de la production nationale et permettra d’éviter les perturbations qu’a connues le marché algérien du médicament ces dernières années et de réduire la dépendance de l’étranger.

Source Le Jour d’Algérie Maissa B .

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires