Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 10:11

Alger donne le signal

boutelika sarkozy

 

L’Algérie et la France tentent ces derniers jours un rapprochement timide. Plombés par des relations politiques au plus bas niveau, ces deux pays ont manifestement beaucoup de choses à faire en matière économique. Ainsi, par exemple, le gouvernement algérien vient de rendre ses réponses aux sociétés françaises par rapport aux projets d’investissement en suspens dans le pays

Tout récemment, le Premier ministre Ahmed Ouyahia a remis les documents des projets traités au secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, dépêché par le président Sarkozy à Alger pour débloquer la situation de certaines entreprises engluées dans des problèmes techniques.
Le groupe Total a eu l’aval du gouvernement pour la réalisation du complexe d’Arzew avec Sonatrach. Ce complexe aura une capacité de production de 1,4 million de tonnes d’éthane par an et sera alimenté par le gaz issu des gisements du sud de l’Algérie.
Ce craqueur produira 1,1 million de tonnes d’éthylène par an. Cet éthylène sera transformé en polyéthylène (deux unités pour un total de 800 000 tonnes par an) et en mono-éthylène glycol (550 000 tonnes par an).

Ces produits seront principalement destinés à l’exportation ainsi qu’au marché national. L’estimation de l’investissement est de l’ordre de 3 milliards de dollars. Un autre groupe français, Alstom, s’est vu accorder le projet de construction de locomotives en Algérie. Il a également bénéficié d’un contrat de gré à gré pour fournir les locomotives aux vingt projets de tramways en cours de réalisation dans le pays. Alstom devra exporter une partie de sa production à partir d’Algérie avec le label du constructeur français.

Par contre, le constructeur de voitures Renault a essuyé un refus catégorique pour son projet d’usine d’assemblage de voitures. Le gouvernement a jugé les conditions exigées par le constructeur français inacceptables et allant à l’encontre de la législation algérienne. Le gouvernement algérien a par ailleurs confirmé les sanctions et pénalités prises contre des banques françaises établies en Algérie, précisant que les mesures ne concernent pas les banques françaises uniquement et relèvent du domaine de la justice.

Le ministère des Finances ainsi que la Banque centrale d’Algérie avaient réclamé le «remboursement par les sociétés françaises opérant en Algérie de la totalité des impôts et des taxes sur les dividendes rapatriés sans autorisation du fisc algérien». D’autres sources ont indiqué par ailleurs que Claude Guéant «n’a pas pu faire avancer les dossiers portant sur l’implantation de certains grands groupes français» qui attendent depuis plus de huit mois le feu vert des autorités algériennes.

De nouvelles sociétés françaises qui ont émis le vœu de s’implanter en Algérie sont donc bloquées faute d’autorisation parce que tout simplement certains groupes bien présents en Algérie refusent de payer les impôts et autres taxes sur les dividendes rapatriés en France.

Source Le Jeune indépendant Mahmoud Tadjer

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires