Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 00:30

Des fonctionnaires de la BADR impliqués

vaches-laitieres-importees.jpg

 

C'est un grand scandale. Une enquête vient d'être ouverte par les services de sécurité, dans laquelle des importateurs et plusieurs fonctionnaires de la BADR sont impliqués dans le détournement des vaches, importées de Suisse et de Hollande, au profit des seuls agriculteurs. Malheureusement, ces vaches d’importation ont été livrées aux bouchers de Bouira et de Bordj Bou Arréridj. Le but de cette ‘’arnaque’’ pour ces importateurs était d'éviter de payer les taxes, estimées à 17%, selon les lois du commerce. Toutefois, pour éviter cette taxe, cers importateurs ont préféré vendre leur bétail aux bouchers. Ainsi, ils bénéficient à coup sûr du non-paiement de la taxe.

Une grosse affaire , ayant trait à un détournement, organisé, de vaches laitières dont l'importation a été décidée, par l'Algérie, pour affronter la pénurie de lait,vient d’être élucidée, apprenons-nous de source crédible: il y a quelques mois, une pénurie de lait a été enregistrée, acculant le ministère de l'Agriculture à procéder à l'importation de vaches laitières, rappelle-t-on. 500 000 vaches laitières, avec une productivité de 4 000 litres/ vache/ an, sont programmées. L'importation devait être faite par des importateurs qui bénéficieront, dans le cadre du soutien agricole, de la réduction de l'ordre de 17 % sur la taxe de valeur ajoutée (TVA), à condition que les vaches importées soient remises à des agriculteurs. C'est là que certains importateurs, avec la complicité de certains fonctionnaires de la Banque de l'agriculture et du développement rural (BADR) interviennent pour détourner le projet, dans un trafic préjudiciable aussi bien pour l'Etat que pour l'agriculture et les citoyens, explique notre source.

Les premiers éléments d'enquête ont révélé l'existence d'un trafic consistant à établir de faux documents selon lesquels nombre de vaches importées ont été remises à des agriculteurs, tandis que les vaches ont été détournées et vendues à des boucheries. «Ce qui ne pourrait pas se faire sans la complicité de certains fonctionnaires de certains agences bancaires de la BADR», nous dira une source au fait du dossier.

Les fonctionnaires mis en cause ont, selon la source, délivré des procès verbaux (PV) de réception et constats de démarrage, aux importateurs, attestant, par là, que les vaches ont été remises à des agriculteurs, alors qu’elles ont prtis une autre destination, celle des boucheries. Le trafic est enregistré dans quelques wilayas du pays, dont Bouira et Bordj Bou Arréridj, selon notre source. Le nombre de vaches détournées de cette manière est important, ajoute la source, qui précise que l'enquête n'en est qu'à ses débuts et des révélations pourraient être faites sur ce trafic qui sanctionne, en premier lieu, le citoyen qui pourrait de nouveau, se trouver face à la pénurie de lait, malgré les efforts consentis par l'Etat. Parlant d'Etat, la source s'interroge sur le rôle des impôts et de la chambre de l'agriculture qui n'ont rien vu du trafic qui bénéficie aux importateurs mis en cause (franchise de 17 % sur la TVA) et cause un préjudice certain au Trésor public et aux agriculteurs.

Source Les Débats Sofiane Abi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires