Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 09:02

Le programme quinquennal 2010-2014 consacre au secteur de l’agriculture 1.000 milliards DA pour affermir la dynamique de politique de soutien agricole.

agriculture.jpg

 

Depuis une dizaine d’années, ce secteur, longtemps négligé, a bénéficié de budgets qui ont permis à l’agriculture de devenir un élément propulseur de la croissance économique hors hydrocarbures. La sécurité alimentaire est redevenue un enjeu central dans la politique des pouvoirs publics. Depuis, des résultats ont été obtenus et pour la première fois, la disponibilité des produits agricoles ne pose nul problème.
La céréaliculture, à la faveur d’une bonne pluviosité, a enregistré une production record de 61,2 millions de quintaux dont une partie de l’orge va même être exportée et en matière de blé dur on a même atteint l’autosuffisance. La mise en place d’un système de régulation des produits agricoles de large consommation, la modernisation de l’administration, de l’encadrement technique. Les nombreux barrages ont pour objectif également d’irriguer les terres destinés à des produits agricoles.   En 2008, une loi d’orientation agricole, qui sert d’un ancrage juridique et d’une feuille de route pour les cinq prochaines années, a été adoptée par l’APN. Les mesures récentes en conseil des ministres sur le statut juridique des terres du domaine privé de l’Etat ont davantage clarifié l’horizon pour les agriculteurs. Les principaux projets retenus ciblent essentiellement la modernisation des techniques et moyens de l’agriculture, la bonification des prix des récoltes, les plantations forestières sur 360.000 hectares, pastorale sur 70.000 hectares et oléicole sur un million d’hectares.
Les perspectives de développement du secteur ne relèvent pas de velléités. Elles se déclinent en termes opérationnels. Cinq programmes de renouveau rural dont les objectifs reposent sur la préservation, l’extension et la valorisation du patrimoine forestier national, la protection des bassins versants (3,5 millions ha), la lutte contre la désertification (20 millions ha), la conservation des écosystèmes naturels et la mise en valeur des terres agricoles et forestières (341.000 ha).
48 contrats de performance ont été signés avec toutes les wilayas. Le but étant de fixer à chacune d’elles, en fonction de ses spécificités, de ses potentialités et de l’histoire de son développement agricole, les objectifs de production par produit et par année pour la période 2009-2014. Pour appuyer ces contrats-programme et impliquer tous les acteurs concernés, l’approche filière est mise en œuvre à travers des organisations professionnelles et interprofessionnelles adaptées et mobilisées autour de la mise en œuvre des programmes d’intensification de la production dans les filières stratégiques (céréales, lait, oléiculture, viandes, pomme de terre, tomate industrielle et dattes). Afin d’utiliser rationnellement les potentialités existantes, l’Etat a élaboré et lancé des programmes de renforcement du potentiel productif agricole (semences, plants et géniteurs, économie de l’eau et résorption de la jachère). Il est loin le temps où l’agriculture dans notre pays était à la traine, n’intéressant ni l’investisseur ni les jeunes en quête d’emploi.

Source Horizons H. Rachid.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires