Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 19:08

Naftal achève les travaux de cinq stations mobiles

projet de station service

Distribution du carburant sur l'autoroute Est-ouest

 

Cinq stations mobiles de distribution d’essence sont prêtes. Installées par Naftal au niveau des échangeurs de l’autoroute Est-Ouest – Tadjenant, Bourached, Oued Sly, Yellel et de Sidi Ali Bousidi – elles seront inaugurées incessamment.

Dans six mois, Naftal achèvera la réalisation de 14 autres stations relais sur les 42 dont elle a la charge et qui permettront l’emploi de quelque 600 à 700 personnes. C’est un véritable défi que Naftal va relever en prenant en charge la réalisation des 42 stations-service tout au long de l’autoroute Est-Ouest.

C’est ce qu’a révélé le président-directeur général de l’entreprise, Saïd Akretch, dans une déclaration à El Watan, en présence de son directeur du développement, M. Rabia. Pour le premier responsable de l’entreprise de distribution de carburant, «le défi consiste à prendre en charge non seulement la mise en place des stations, mais également la viabilisation, avec l’amenée d’eau, l’électrification et l’installation du réseau d’assainissement. En fait, le gouvernement nous a donné la totalité du marché des 42 stations d’essence et relais avec tous les travaux y afférents. Nous avons achevé la mise en place de 5 stations mobiles qui doivent être mises en service incessamment  sur cinq échangeurs, à Tadjnenant, Bourached, Oued Sly, Yellel, et Sidi Ali Bousidi.

Les automobilistes y trouveront, en plus du carburant, des sanitaires. Le délai de deux mois qui nous a été imparti depuis le mois d’août expire fin octobre en cours. Nous pouvons dire que nous sommes dans les délais. Il ne reste que les finitions à terminer ces jours-ci». Ces stations, a noté M. Rabia, «sont provisoires, en attendant la réalisation dans six mois au maximum des 14 premières stations». En fait, a expliqué M. Akretch, toute la procédure de cette importante réalisation a changé. «Ce qui a nécessité le recours à d’autres sociétés et la mise en action de tous nos moyens humains et matériels», a-t-il précisé.

Durant l’été 2009, lorsque le gouvernement a décidé d’affecter la réalisation de 14 stations seulement sur les 42, il était question que Naftal ne se charge que de la structure. La préparation du terrain et sa viabilisation incombait à l’Algérienne de gestion de l’autoroute (AGA). «Au mois d’août 2010, le gouvernement a pris d’autres mesures. Naftal a obtenu la réalisation des 42 stations prévues tout le long de l’autoroute, dont 14 doivent être réceptionnées dans un délai n’excédant pas 6 mois. L’entreprise doit aussi prendre en charge tous les travaux de viabilisation des terrains d’accueil. Mais en attendant, vu l’urgence de la situation, Naftal doit installer cinq stations mobiles sur les échangeurs de manière à permettre aux automobilistes circulant dans les deux sens de l’autoroute d’y avoir accès», a noté le PDG. Des mesures qui ont été, a-t-il précisé, à l’origine de l’annulation de l’avis d’appel d’offres que Naftal avait lancé au début vu que le plan de charge a totalement changé et donc toute la procédure y afférente aussi.

«Nous avons confié les travaux de viabilisation et d’assainissement à GCB, une filiale du groupe Sonatrach spécialisée dans le bâtiment, et à Altro (ex-Sonatro). Tout se passe bien et les stations avec relais devraient être réceptionnées dans les délais, sauf imprévu», a révélé M. Rabia. Il s’agira de construire des stations relais avec des cafétérias, des salles de prière, des nurseries, des garages pour la vidange et le graissage, la réparation des pneumatiques, etc. L’autre partie, liée à la construction d’hôtels et de restaurants, toujours à la charge de Naftal, sera confiée à une autre équipe qui réfléchira aux  formules de partenariat, de gérance ou de bail.

«Le plus urgent, pour l’instant, est de mettre  à la disposition des automobilistes et le plus rapidement possible du carburant, des sanitaires et des endroits pour se reposer», a noté M. Akretch. Ce dernier n’a pas omis de mettre l’accent sur le défi que doit relever son entreprise, notamment pour respect des délais de réalisation, d’autant que c’est la première fois qu’un marché d’une telle ampleur lui est confié. «Nous avons détaché toute une équipe de jeunes, que dirige le directeur du développement qui est le chef du projet et travaille avec un comité central de pilotage composé des directeurs des finances, de la stratégie et de la planification, de l’engineering et des ressources humaines. Depuis le mois d’août dernier, cette équipe est à pied d’œuvre sept jours sur sept. Elle a finalisé la réalisation des cinq stations mobiles et est déjà lancée sur celle des 14 stations qui doivent êtres réceptionnées dans six mois», a déclaré M. Akretch, soulignant que ces 14 stations vont permettre le recrutement de 600 à 700 personnes par le biais de l’Agence nationale de l’emploi (ANEM) sur la base des conditions imposées par Naftal et avec la garantie d’une formation assurée par celle-ci. Ce sont des demandeurs d’emploi des villes limitrophes de ces stations qui seront prioritaires ; les appels à recrutement ont été déjà lancés, a souligné M. Rabia.

Le PDG de Naftal a noté que son entreprise est capable de relever ce défi, même si les délais de réalisation restent trop courts.

«Nous avons une équipe de jeunes qui a mis le paquet pour réussir ce challenge et offrir aux automobilistes ce qu’il y a de plus moderne et de plus sûr. Il est vrai que les délais sont trop courts, mais nous ferons tout pour livrer les 14 stations prévues dans la première tranche au plus tard à la fin du mois de mars ou au début du mois de mai 2011. Les autres stations seront réalisées dans les mêmes délais, chaque six mois», a conclu M. Akretch

Source El Watan Salima Tlemçani

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires