Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 08:02

Bouteflika contraint de rompre son silence

Bouteflika 2

 

Depuis qu'il a accédé au pouvoir, jamais Bouteflika ne s'est laissé aller à s'exprimer sur les scandales révélés par la presse nationale et qui ont fait tache sur sa gouvernance. Qu'il ait dérogé à cette conduite après qu'a éclaté celui dévoilant les méthodes frauduleuses d'octroi des marchés sous l'ère Chakib Khelil démontrerait qu'il a pris conscience que son silence en l'occurrence prendrait dans l'opinion nationale valeur de couverture assumée par lui des personnes impliquées dans cette scabreuse affaire réputées être ses proches. 
Il a compris qu'à une année de l'élection présidentielle une telle certitude s'ancrant dans l'opinion publique disqualifierait irrévocablement le dessein qui est le sien pour cette échéance. Nul doute qu'il a vu aussi dans la révélation de ce scandale une manœuvre de ses adversaires visant à atteindre ce but. La célébration du double anniversaire de la création de l'UGTA et de la nationalisation des hydrocarbures, secteur concerné par le scandale en question, lui a donné l'occasion de réagir pour se déclarer « révolté et réprobateur des scandales récemment révélés par la presse et qui touchent à la gestion de Sonatrach », pour affirmer aussi « qu'il fait confiance à la justice de notre pays pour démêler l'écheveau de ces informations, pour situer les responsabilités et appliquer avec rigueur et fermeté les sanctions prévues par notre règlementation ». 
En disant cela, Bouteflika a donné à comprendre qu'il veillera à ce que toute la lumière soit faite sur les informations dévoilées par les enquêtes préliminaires menées ayant établi que les marchés de Sonatrach ont donné lieu à des transactions douteuses et préjudiciables pour l'Algérie. Promesse que nombreux sont les citoyens à accueillir sans lui accorder une crédibilité débordante, tant leur confiance quant à la volonté du pouvoir à faire rendre gorge aux prévaricateurs et corrompus concernés par les scandales révélés s'est définitivement évanouie au vu des résultats des procès auxquels certains ont donné lieu. 
Même en rompant son silence et en faisant comprendre qu'il va exiger que la lumière soit faite sur le scabreux scandale qui heurte au plus profond les Algériens, Bouteflika n'a pas pour autant convaincu que cette fois justice passera. Car le doute subsiste sur sa détermination. Comment peut-il en être autrement quand il a donné l'impression d'avoir découvert qu'il y a eu scandale dans les octrois de marchés de Sonatrach par les révélations faites par la presse ? Ce qui voudrait dire qu'il a été jusque-là dans l'ignorance des faits délictueux dévoilés par cette presse. Nul ne peut croire qu'il en a été ainsi. Ou alors cela confirme la réalité qu'il y a problème entre lui et les services de renseignements censés lui rendre compte des affaires touchant à des questions d'Etat. Ce qui ajouterait au scandale un parfum de lutte pour le pouvoir que les citoyens subodorent et voient comme étant la seule raison qui a fait que le scandale de Sonatrach éclate et que certaines des turpitudes dont ont été coupables des dignitaires du régimes sont dévoilées. 

Source Le Quotidien d’Oran Kharroubi Habib

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires