Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 07:38

La nouvelle procédure est déjà en application

passeport-algerien

 

Bonne nouvelle pour les citoyens désireux de renouveler leur passeport ou leur carte d’identité. Le mythique carton vert a laissé place à un nouveau formulaire. Les daïras n’exigent plus la nationalité pour le renouvellement des documents. Seuls les primo demandeurs continueront à fournir un certificat de nationalité.
Les daïras n’ont pas tardé à mettre en application les récentes décisions du ministère de l’Intérieur. Elles ont revu à la baisse le nombre de documents exigés pour le renouvellement du passeport ou de la carte d’identité. A la daïra de Hussein Dey, la couleur est annoncée à l’entrée. Un guichet y est installé. Un agent débordé par les sollicitations réussit à garder un semblant d’amabilité pour répondre aux nombreux citoyens. A onze heures, l’affluence est toujours importante. Les questions sont les mêmes : que faut-il pour renouveler le passeport ? Faut-il la nationalité ? Ma carte d’identité s’est déchirée, que faire ? Sans état d’âme, le préposé à l’accueil répond, oriente et tend des coupons de papier sur lesquels sont notifiées les listes des documents nécessaires. La daïra de Hussein Dey a, en effet, tout prévu : des petits imprimés détaillant la liste des documents nécessaires pour chaque document sont systématiquement donnés aux demandeurs de renseignements. Les citoyens, visiblement satisfaits d’apprendre que la suppression de la nationalité était déjà en vigueur, découvraient en même temps le nouveau formulaire qui remplace le fameux carton vert. Différent de ce dernier, le nouveau formulaire composé de cases au recto et au verso est divisé en deux grands chapitres, celui réservé à l’état civil du demandeur puis celui relatif à des renseignements sur les parents de ce dernier. Nouveauté curieuse, le demandeur devra à l’avenir renseigner sur le nombre de ses épouses. C’est muni de ce document, dûment légalisé, et de la «short list» de papiers administratifs que devra se présenter le demandeur pour obtenir le fameux document biométrique. A la daïra de Hussein Dey, les dépôts se font après prise de rendez-vous. Le numéro de téléphone est mis à la disposition des demandeurs. Changement de décor à la daïra de Sidi M’hamed : le préposé à l’accueil ne fait pas preuve d’un sens très aigu de l’écoute. C’est à peine s’il répond aux questions des demandeurs et pourtant ce n’est pas l’affluence des grands jours. Peu avant midi, le siège de la daïra est quasi désertique. Les préposés aux guichets semblent pressés de quitter les lieux pour la pause de midi. Qu’à cela ne tienne, les citoyens avides d’informations sur la suppression des documents à force d’insister finissent par avoir l’information pour laquelle ils se sont déplacés. Ils ne repartiront peut-être pas réconciliés avec une administration pas encore tout à fait débarrassée de ses vieux réflexes mais ils seront soulagés de ne pas devoir fournir une interminable liste de documents pour un simple renouvellement de document.

Source Le Soir d’Algérie Nawal Imès

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires