Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 05:30

L’Algérie et sa stratégie industrielle

gaz arzew-copie-1

 

Dans une remarquable contribution publiée dans ces colonnes («L’Accord d’association Algérie/UE. Peut-on y renoncer?» In L’Expression du 19 juin 2010), le Pr Ch.E. Chitour exprime une inquiétude qui est en train de saisir de plus en plus de chercheurs et d’experts algériens. Au-delà de l’Accord d’association Algérie/UE qui est en cours de révision, cinq ans environ après son entrée en vigueur (septembre 2005) et au-delà de la densité que revêtent nos relations avec les nations émergentes, la question est désormais posée de savoir s’il existe, comme le souligne le Pr Chitour «une stratégie multidimensionnelle concernant l’avenir dans le domaine de l’énergie, de l’environnement, de la sécurité alimentaire et de l’eau» Ch.E.Chitour a raison de s’interroger sur l’impact qu’auront les infrastructures publiques et les équipements collectifs programmés dans les deux plans quinquennaux sur nos structures sociales, sur la qualité de notre enseignement, sur l’aptitude de nos chercheurs à maitriser des technologies en constante évolution (V. également les chroniques du Dr Lamiri in El Watan). Le Pr Chitour se pose enfin la question de savoir s’il est vraiment utile pour l’Algérie de troquer l’actuel partenariat avec l’UE contre un autre aux contours insaisissables avec les pays émergents.

Le contexte économique actuel

C’est le lieu de rappeler que par la voix autorisée de son ministre des Finances, K.Djoudi, le gouvernement fait de la LFC pour 2009, de la LF pour 2010 et de la LFC pour 2010 (qui devrait être adoptée dans les semaines qui viennent), les principaux instruments juridiques d’une double stratégie d’industrialisation pour l’Algérie: une stratégie d’industrialisation par substitution aux importations et une stratégie d’industrialisation par valorisation des exportations (hors hydrocarbures s’entend). Nous avons, à de nombreuses reprises, exposé le contenu formel de ces deux stratégies et nous n’y reviendrons pas ici, sauf à indiquer que celles-ci se veulent en décalage avec le contenu du Code des investissements de 2001 revu et corrigé en 2006 qui fait de l’Algérie seulement une terre d’accueil d’IDE vertueux. Il est évidemment attendu du nouveau ministre de l’Industrie, des PME/PMI et de la Promotion de l’investissement (éminent spécialiste de ces questions et notamment du foncier industriel) qu’il définisse avec précision le contenu de la stratégie algérienne de développement et surtout qu’il apaise les appréhensions des principaux experts algériens qui redoutent que les deux plans quinquennaux ne génèrent pas les externalités positives escomptées, (S.Mouhoubi, M.Mékidèche, A.Lamiri, A.Bouzidi, M.Ouchichi, El Kadi Ihcène, A.Belhimeur).

Tout ce que l’on peut retenir à ce stade, est que la politique industrielle ne s’inscrira pas dans le cadre libéral car pour le gouvernement, les mécanismes du marché ne sont pas suffisants pour réguler l’économie cependant que l’intervention de l’Etat ne saurait se borner à une surveillance - fût-elle stricte - des règles concurrentielles de l’économie nationale. En effet, il faut admettre, quel que soit le sentiment de la plupart des chefs d’entreprise, que l’administration algérienne ne dispose pas et ne disposera pas avant longtemps des instruments de surveillance des règles de la concurrence, quel que soit le type de marché envisagé (marché des biens et services commerciaux, marché des capitaux, marché des changes, marché du travail, marché interbancaire, etc.). En revanche, la politique industrielle devrait s’inscrire dans le courant keynésien (par conséquent, à l’opposé de la thèse de l’ancien ministre des Finances A.Benachenhou, qui considérait que Keynes était mort pour l’Algérie) qui veut que l’Etat intervienne pour la concrétisation d’objectifs prioritaires, le secteur privé coexistant avec un secteur public en charge d’une mission fondamentale de développement économique. Pour ce faire, l’Etat devra concevoir une politique d’ajustement reposant sur des interventions réglementaires (Cf. les quatre instructions du Premier ministre en application de la LFC pour 2009 concernant l’investissement) et mettre en place des politiques fonctionnelles, à travers subventions et aides qui permettront de promouvoir les activités industrielles (d’où la nécessité d’évaluer la fiabilité et l’efficacité des dispositifs d’aide à l’emploi, qu’il s’agisse de celui de l’Ansej, de celui de l’Anjem ou encore de celui de la Cnac, non pas seulement à l’aune du nombre d’emplois créés, mais aussi au regard de la valeur ajoutée apportée à l’industrie).

Les objectifs de la politique industrielle algérienne

Les objectifs politiques et sociaux de la politique industrielle, tels qu’ils ressortent des deux plans quinquennaux (2005-2014), sont d’assurer l’indépendance de l’Algérie dans les secteurs industriels sensibles (pétrole, gaz, électricité, énergie nucléaire) et de mettre en place un modèle de développement qui fasse émerger un large consensus national (lequel demeure encore faible en dépit de l’ampleur des transferts sociaux réalisés chaque année par la LF). Les objectifs économiques sont au nombre de trois: (a) mise en oeuvre d’une politique de sortie de crise de l’offre locale de biens de production et de biens de consommation qui demeure trop rigide, (b) pilotage du secteur secondaire (industrie de transformation, BTP) qui reste le moteur du développement économique, enfin (c), la gestion de l’ensemble des changements qui vont durablement affecter le système économique (degré d’ouverture des frontières, ampleur des programmes industriels régionaux, mutations technologiques à favoriser, suivi des opérations de partenariat public/privé et national/ international). Il ne s’agit nullement ici de laisser entendre que ces objectifs seront atteints à l’horizon 2014, voire même plus tard. Tout dépendra de la nature des instruments de la politique industrielle et du succès de leur adéquation aux objectifs de cette politique elle-même. En effet, on attend toujours de connaitre les différents types d’instruments de la politique industrielle. Les instruments à effets directs consisteront certainement dans une politique de promotion de l’ensemble des entreprises à travers les prix ou l’aide aux exportations. Il y aura également une politique de développement de certaines formes, eu égard au rôle d’entraînement qu’elles jouent dans le jeu industriel global (Snvi notamment) ou de leur apport à la réalisation d’un objectif d’ambition nationale, comme la reconquête d’une filière de production (électronique, matériaux de construction, etc.). Quant aux instruments à effets indirects, ils sont contenus dans les politiques conjoncturelles générales (fiscale, budgétaire, monétaire, des salaires) qui devront être beaucoup plus affinées et mieux ciblées et dans des politiques d’infrastructures qui sont actuellement menées (aménagement du territoire, soutien à la recherche) mais dont les coûts devront être maitrisés et l’évaluation de leur impact économique périodiquement entreprise.

Les mises au point officielles sont donc attendues avec impatience. Après avoir mis en branle un dispositif de contrôle fiscal, des changes et du commerce extérieur largement approuvé par les hommes d’affaires honnêtes et scrupuleux que compte notre pays, il revient à présent au gouvernement de rassurer les experts qui souhaiteraient le relayer pour susciter un nouvel élan d’optimisme.

(*) Professeur en droit des affaires

alimebroukine@yahoo.com

Source L’Expression Ali Mebroukine (*)

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires