Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 08:57

Emploi de jeunes - Du nouveau à l’Ansej

Ansej.jpg

 

Frais d’études des dossiers supprimés, ouverture des annexes au niveau des grandes daïras, dégel des créneaux des investissements jusqu’ici gelés comme celui des transports, telles sont les principales nouveautés qui marquent en 2011 le secteur de l’emploi des jeunes.

Bonne nouvelle pour les jeunes qui veulent investir dans le cadre du dispositif de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej) : ils n’auront plus à payer les frais d’études des dossiers. «L’assistance et l’accompagnement qui se font à la création de micro entreprises, sont gratuits. Il n’y a plus de frais d’études du dossier à partir du 2 janvier 2011», a annoncé, ce matin, le secrétaire général de l’Ansej, Mohammed Tahar Chaâlal, sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale.

S’agissant de l’apport personnel exigé des postulants, il sera maintenu. Et pour cause : «Si vous ne poussez pas un jeune à mobiliser une partie du financement, ce n’est pas de l’investissement, ce n’est pas de la création d’entreprise», a expliqué M. Chaâlal. Autre décision prise par l’Ansej cette année : l’ouverture des créneaux d’investissement qui étaient gelés jusqu’ici.

Il a été décidé «de dégeler l’ensemble des activités au niveau national et c’est aux comités de sélection et de validation installés au niveau de l’ensemble des wilayas de décider de valider ou d’ajourner un projet qui leur est présenté», a déclaré M. Chaâlal. «Les décisions prises auparavant sont des décisions administratives qui ont exclu beaucoup de jeunes qui voulaient investir dans ces créneaux. (…) Nous avons mis une barrière devant les jeunes auxquels nous disons aujourd’hui : vous pouvez présenter les projets que vous voulez dans les secteurs de votre choix, mais vous devez convaincre les comités de sélection de leur rentabilité», a-t-il ajouté. Et de préciser : «Le dégel touche toutes les activités à l’exception de l’élevage dans les zones frontalières. Il s’agit d’une mesure préventive destinée à lutter contre la contrebande.» Sur un autre plan, l’invité de la Chaîne III a révélé que l’Ansej procédera, cette année, à l’ouverture de nouvelles annexes au niveau des chefs-lieux de daïra avec pour objectif de se rapprocher davantage des promoteurs.

«Nous avons reçu des instructions des pouvoirs publics pour étendre notre réseau puisque nous sommes dans 70 grandes daïras alors que nous n’étions que dans les chefs-lieux de wilaya avant 2008. Aujourd’hui, nous sommes présents dans des daïras comme In Salah, Boussaâda et Aïn Sefra, nous allons également ouvrir prochainement une annexe à Azazga, dans la wilaya de Tizi Ouzou, et dans d’autres grandes daïras du pays afin de rapprocher nos services des promoteurs», a-t-il affirmé à ce propos. Selon lui, les résultats enregistrés par l’Ansej depuis sa création sont très satisfaisants dans la mesure où 80 % des entreprises qui ont vu le jour grâce à ce dispositif ont réussi, ce qui a permis la création de 400 000 emplois nets. «Il ne faut pas coller à l’Ansej cette image de transport et d’activités de services, vous avez beaucoup d’entreprises qui sont dans des secteurs beaucoup plus importants comme les travaux publics et le bâtiment», a-t-il tenu à préciser.

Source Infosoir

Le Pèlerin

Partager cet article

Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog