Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 07:12

Algérie – Economie - Pourquoi les Emiratis  Algérie – Economie - Pourquoi les Emiratis se replient sur l’énergie

baie-alger-2011.jpg Les Emiratis ont des projets partout - Adieu l'environnement et la douceur de vivre

 

Surprise ! Nacer Ben Ahmed Al Souidi, ministre du Développement économique du gouvernement d’Abou Dhabi, en visite cette semaine à Alger, a déclaré hier que son gouvernement était « prêt pour un partenariat dans le domaine de l’énergie ».

Alors même que l’on croyait les Emiratis en train de plier discrètement bagage… Derniers coups médiatiques en date : EIIC (Dubaï) projetant d’abandonner le projet du parc Dounia, d’une usine de ciment et de fer à Oran, d’une plus grande ferme laitière d’Afrique et d’hôtels à Moretti et à Bab Ezzouar, soit près de 20 milliards de dollars d’investissements. Mohamed Ali Al Abbar, président du conseil d’administration de Dubaï Emaar, qui annonçait fin 2009 son retrait de plusieurs projets : création d’une zone de promotion et de développement à Sidi Abdellah, d’une ville de santé et d’une cité diplomatique à Staouéli et de développement de la zone touristique Colonel Abbas, le tout pour plus de 40 milliards de dollars.

Le seul à sembler montrer un réel intérêt pour l’Algérie restait finalement Nacer Ben Ahmed Al Souidi. Cette semaine, il avait évoqué l’intérêt des investisseurs de son pays pour construire et gérer des ports et des aéroports en Algérie. Qu’en est-il réellement ? « Les Emiratis l’ont bien compris : aucun investissement hors hydrocarbures n’est possible », explique un haut cadre du ministère de la Promotion des investissements. Pourtant, les autorités algériennes avaient, depuis 1999, bâti « leur stratégie économique sur les investissements directs étrangers ! A l’époque, l’Algérie n’a pas lésiné sur les moyens pour les attirer », confie un diplomate européen. L’Algérie était devenue une destination d’attractivité des IDE et a drainé d’importants volumes d’investissements comparés aux autres pays du Maghreb. Mais cet attrait est à nuancer puisqu’il s’agit essentiellement d’IDE orientées vers l’exploitation des hydrocarbures. « Les Emiratis étaient alors sollicités pour aider les Algériens dans la relance de leur économie », révèle de son côté un diplomate arabe. Des intentions d’investissement à coups de milliards de dollars sont annoncées pour des projets de construction de grandes agglomérations urbaines, d’usines géantes dans le raffinage, le ciment. Qui se souvient encore de la déclaration du directeur de l’EIIC ? « Les décisions d’investissement d’EIIC sont basées sur une longue observation du marché et visent des projets structurants pour l’économie locale. » Près de deux ans après, ce qui était perçu comme un signal lumineux de la part des Emiratis et un engagement précieux pour Abdelaziz Bouteflika, s’est éteint dans la nuit du protectionnisme et du manque de vision. « Les Emiratis avaient pourtant répondu favorablement et avaient même suscité la colère de quelques pays arabes », confirme le diplomate arabe. « L’Algérie nous a tourné le dos, se souvient un diplomate français. Mais aujourd’hui, ils se plaignent de la faiblesse des investissements européens… »

Même si officiellement, ces groupes ont motivé leur retrait du marché algérien par la crise qui affecte la sphère des investissements, les vraies raisons n’ont jamais été annoncées. « La déception des Emiratis est grande. Après l’affaire Orascom, ils ont compris qu’investir en Algérie était considérablement risqué. Si l’Algérie n’arrive pas à se stabiliser économiquement, elle n’y parvient pas non plus politiquement », avoue le diplomate arabe. Ajoutées à la bureaucratie et à l’archaïsme du système bancaire, les pénuries répétées de matériaux de construction et l’indisponibilité de la main d’œuvre qualifiée ont naturellement « fait fuir les investisseurs ». Seul domaine épargné : l’énergie. Le ministre du Développement économique du gouvernement d’Abou Dhabi, Nacer Ben Ahmed Al Souidi, l’a bien compris et ne cache pas ses intentions dans le secteur. A en croire un diplomate arabe : « Ce qui les intéresse, c’est la guerre non annoncée pour l’exploitation des gisements algériens. Les groupes étrangers et spécialement français n’ont cessé ces derniers temps de rafler de gros contrats, les Emiratis ne peuvent rester les bras croisés. » Allusion faite aux contrats remportés par Total en janvier dernier de plus d’un milliard d’euros et tout récemment par le groupe GDF Suez. En attendant une stratégie économique annoncée à maintes reprises, les hydrocarbures restent les mamelles les plus rentables de l’Algérie. Faciles à traire.

Source El Watan Zouheir Aït Mouhoub

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

G


Nous savons tous que les Emirats sont de gros gloutons ! GENEVIEVE.



Répondre
L


Il semblerait


Bonne soirée


Le Pèlerin