Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 08:25

Algérie - La Ligue arabe exigerait qu'Alger supprime les taxes: L'Egypte fait du «zale» face à l'Algérie

algerie-egypte.jpg

 

Après avoir adhéré début 2009 à la Zone arabe de libre échange (Zale), l'Algérie a établi une liste «négative» des produits qui resteront taxés afin de protéger la production nationale. Les Egyptiens se prétendent les «seules» victimes de la mesure. Leur presse affirme que la Ligue arabe a adressé une injonction à l'Algérie pour supprimer la liste. A en croire la presse égyptienne, la Ligue arabe serait intervenue ces «derniers jours» auprès de l'Algérie afin de l'amener à annuler sa décision d'inscrire une liste «négative» de produits ne pouvant bénéficier des avantages douaniers prévus par l'accord sur la Zone arabe de libre échange. La Ligue arabe semble de toute évidence avoir été actionnée par les autorités égyptiennes au nom d'un manquement de l'Algérie à ses obligations dans le cadre de la Zale. Un responsable gouvernemental égyptien, dont le nom et la qualité ne sont pas cités, a affirmé que le comité d'exécution et de suivi de la Zale au niveau de la Ligue arabe aurait exigé de l'Algérie de revenir sur sa décision d'introduire une liste négative et d'en informer la ligue et les services douaniers. Selon la presse égyptienne, les entreprises égyptiennes ont décidé de stopper «provisoirement» leurs exportations vers l'Algérie car, selon elles, les taxes atteignent jusqu'à 55% sur certains produits et les rendent peu concurrentiels. Un exportateur égyptien de jus de fruits accuse même les responsables algériens d'être des spécialistes dans «l'art de créer des obstacles pour empêcher l'entrée des produits égyptiens». Il n'est pas anormal que l'Egypte saisisse la Ligue arabe en charge du suivi de l'accord sur la Zale afin de défendre ses intérêts commerciaux. C'est une faculté permise par l'accord. Le même accord autorise les pays signataires à prendre des mesures conservatoires pour préserver leurs intérêts. Sauf que les journaux égyptiens - c'est une tendance ancrée - ont l'air de considérer la «liste négative» dressée par l'Algérie comme une mesure spécifiquement anti-égyptienne. Elle concerne pourtant aussi bien les Tunisiens, qui s'en inquiètent à mots couverts, que d'autres pays arabes.

Les Egyptiens ont le plus bénéficié de la Zale

La «liste négative» n'a rien de spécifiquement anti-égyptien. Selon les chiffres de 2009, soit la première année de l'adhésion de l'Algérie à la Zale, les importations ont atteint 1,6 milliard de dollars en 2009, en hausse de 511 millions de dollars (+46,6%) par rapport à 2008. Les avantages douaniers ont donc bien boosté les importations. Les produits qui bénéficiaient des avantages douaniers dans le cadre de la Zale sont passés de 1,05 milliard de dollars en 2008 à 1,58 milliard de dollars en 2009, soit une hausse de près de 50%. Quant aux exportations algériennes vers les pays de la Zale, elles sont nettement contractées, passant de 246,7 millions de dollars à 124,7 millions de dollars (près de 50% à la baisse). Pour comprendre pourquoi les Egyptiens n'ont pas aimé la «liste négative» algérienne, il faut savoir qu'ils sont ceux qui profitent le mieux des avantages de la Zale. Selon le bilan 2009, l'Egypte est le premier fournisseur arabe de l'Algérie avec 550,6 millions de dollars (34,4%) suivie de la Tunisie avec 347,5 millions de dollars ((21,6%)), l'Arabie Saoudite pour 166,5 millions $, (10,4 %), la Jordanie 123,9 millions de dollars (+7,7%) et le Maroc avec 121,8 millions de dollars (7,6 %).

1644 produits concernés

Les chiffres du Cnis confortaient clairement les appréhensions des opérateurs privés algériens qui s'inquiétaient de la concurrence de produits dont l'origine n'était pas forcément arabe. Dans un entretien publié en février dernier l'ancien ministre du Commerce, El-Hachemi Djaaboub avait relevé que certains importateurs profitaient de la Zale pour «majorer les factures afin de réaliser un transfert déguisé de devises». Il a justifié l'établissement d'une liste négative par la nécessité de protéger la production nationale. Niant que l'adhésion à la Zale ait été précipitée, l'ancien ministre ne semblait pas s'inquiéter de la réaction de la Ligue arabe à l'établissement de la liste des produits exclus du bénéfice des avantages douaniers liés à la Zone arabe. «Le Comité exécutif de la Ligue arabe l'a accepté pour d'autres pays, pourquoi pas pour l'Algérie ? Il faut savoir négocier». Si, comme le présente la presse égyptienne, l'Algérie a reçu «injonction» de revenir sur la liste négative, cela veut dire que l'ancien ministre faisait preuve d'un excès d'optimisme. Il faut dire aussi que l'Algérie donne l'impression d'avoir adhéré avant de commencer à réaliser l'impact de ce désarmement tarifaire spécifique. Le repositionnement de l'Algérie se traduit par l'élargissement de la liste des marchandises exclues qui est passée de 1141 produits au début de l'année à 1644 à la mi-mars.

Source Le Quotidien d’Oran M. Saadoune

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires