Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 07:54

Comment en finir avec l’économie de la rente ?

fraudeurs.jpg

 

Des économistes et des experts algériens, ayant contribué à l’ouvrage collectif pluridisciplinaire, Le développement de l’Algérie : expériences et perspectives, plaident pour la diversification de l’économie et le respect des institutions.

Intervenant hier lors d’une table ronde sur «Les institutions, la stabilité et le progrès économique», tenue en marge de la présentation du livre à l’hôtel Hilton d’Alger, ils ont tour à tour mis le doigt là ou ça fait mal ! Professeur d’économie à l’université d’Oran, Abderahmane Mebtoul a évoqué la situation de la sphère informelle en Algérie. Imputant l’expansion du marché informel «aux dysfonctionnements de l’Etat», il accuse celui-ci de tirer profit de cette situation.
Chiffres à l’appui, il a estimé que le circuit informel représente 40% la masse monétaire, 30 à 40% de la valeur ajoutée. Selon lui, l’économie algérienne est foncièrement rentière : «78% des exportations sont tirées des recettes pétrolières alors que les exportations hors hydrocarbures ne dépassent pas 2%.»

Lors de son intervention, Ahmed Benbitour, économiste et ancien Premier ministre, a abordé le respect et la stabilité des institutions comme facteur «minimal» de développement. A ce titre, il a rappelé les péripéties du rééchelonnement de la dette dans les années difficiles du début de la décennie 1990. M. Benbitour a également souligné «la malédiction des ressources» dans une allusion à la forte dépendance de l’économie nationale du pétrole. Abdou Attou, spécialiste de la finance internationale basé à Londres (Angleterre), a plaidé, quant à lui, pour une nouvelle méthode de gestion, d’autant plus que «les problèmes sont profonds». Evoquant la crise économique et financière mondiale de 2008, il a affirmé que l’économie algérienne, basée «sur une gestion rentière», a été impacté en termes de baisse des recettes pétrolières. «Nous devons aller vers une économie diversifié et concurrentielle», a-t-il préconisé. Devant l’émergence de puissances économiques à l’instar de la Chine, de l’Inde et du Brésil, M. Attou a affirmé que l’Algérie doit se positionner dans l’architecture mondiale. Nadji Safir, sociologue à l’université d’Alger et consultant international, a rappelé les ratages de la politique des exportations hors hydrocarbures.

«Cela fait des années qu’on nous en parle ! Mais nous n’avons rien de concret», a-t-il déploré. Signe de «décrédibilisation» de l’autorité des institutions de l’Etat, l’hygiène publique dans la plupart des villes algériennes est d’ailleurs «scandaleuse», selon lui. Tous les acteurs, sans exception, devraient être redevables, a-t-il insisté. Par ailleurs, deux autres tables rondes ont traité de «L’éducation, les connaissances et l’émancipation de la société» ainsi que de «La problématique de la compétitivité comme moteur du développement pour l’Algérie».
Auparavant, Taïeb Hasfi, professeur et directeur de recherches à HEC Montréal (Canada), a présenté  l’ouvrage collectif en présence de nombreux chefs d’entreprise, d’universitaires et d’anciens hauts responsables de l’Etat.  Publié par les Editions Casbah, l’opus, particulièrement dédié à la mémoire de Djilali Liabes, M’hamed Boukhobza, Chadly Hamza et Mohamed Khelladi, réunit pas moins de 17 contributeurs, des experts algériens établis en Algérie, en Europe et en Amérique du Nord.

«Le livre n’a pas pour vocation à résoudre les problèmes de l’Algérie. Nous voulons suggérer des démarches qui pourraient amorcer un cycle de construction. Nous voulons démarrer un processus de débat sur l’économie algérienne», a expliqué M. Hafsi.
Ce dernier a plaidé pour une décentralisation de la gestion économique. «Une nation qui ne se converge pas se détruit. En Algérie, nous ne manquons pas d’idées. Mais malheureusement, le plus souvent, elles sont faites pour nier et rejeter les autres», a déploré M. Hasfi, appelant  à une convergence d’opinions entre les différents acteurs de la sphère politique et économique.
Source El Watan Hocine Lamriben

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires