Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 04:08

Face aux enjeux des locales

election participation

 

Maintenant que la date de l'organisation des élections locales a été annoncée par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Daho Ould Kablia, la classe politique connaît un vrai bouillonnement et aucun parti n'est à l'abri.

Le rendez-vous des locales est donné pour le 29 novembre prochain alors que les manœuvres ont déjà commencé au sein des formations politiques. Les grands et petits partis sont affectés par des agitations internes et les leaders sont tenus de mettre tout en ordre avant la rentrée sociale. Dans ce cadre, le feuilleton de la crise du Front de libération nationale (FLN), dont la première partie a débuté au lendemain de 9e congrès, n’est pas encore fini, car les contestataires du Comité central se mobilisent encore une fois pour destituer Abdelaziz Belkhadem, le secrétaire général du vieux parti. Comme nous l’avons déjà annoncé, il y a quelques jours, la série de réunions régionales entamées par les détracteurs de Belkhadem continue. Après la réunion d’Alger, puis celle de Ain Témouchent, lundi dernier, les contestataires du Comité central du FLN avaient annoncé la création d’une coordination de l’est du pays. «Nous les membres du Comité central et cadres du FLN de Constantine, Annaba, Tébessa, Souk Ahras, Skikda, M’sila, El Tarf, Sétif, Oum El Bouaghi, Jijel, Béjaïa, Guelma et Mila, réunis lors d’une rencontre régionale de l’Est décidons d’installer une coordination de l’Est». Pour la direction de parti, les calculs ont été déjà faits, Abdelaziz Belkhadem qui s’était engagé à organiser une session extraordinaire du comité central en septembre prochain se contentera de tenir une université d’été du parti. Celle-ci est programmée pour les 8, 9 et 10 septembre prochain. Belkhadem ne veut pas refaire le scénario de la précédente session de comité central tenue en juin dernier à Alger et il n’est pas question de tomber dans «le piège de la destitution». Pour sa part, le Rassemblement national démocratique qui a connu au lendemain des élections législatives, la naissance du Mouvement pour la sauvegarde du RND, n’a pas fini avec la contestation qui se prépare à feu doux. Mais le secrétaire général du parti, Ahmed Ouyahia ne veut pas attendre que le feu s’allume dans la maison RND et essaye de rattraper la situation. Selon des sources partisanes,  M. Ouyahia  aurait opté pour la réconciliation au lieu de la sanction après avoir sanctionné 14 militants du parti. Pour rappel, au lendemain de l’installation de la Commission nationale de préparation des élections locales, un mouvement des protestataires est né à Alger pour contester la politique menée par le président du bureau d’Alger, Seddik Chihab. Dans sa stratégie pour les prochaines élections locales, le RND a décidé d’ouvrir la porte des candidatures aux citoyens concernant les Assemblées populaires communales. Un choix qui n’est pas du goût des militants. Par ailleurs, la direction du RND craint une hémorragie vers le parti de Tahar Benbaibeche,  du RND, qui a lancé le 1er octobre 2011 un nouveau parti politique dénommé «Hizb el fadjr el djadid». Cependant, Ouyahia ne veut pas de rapprochement avec les initiateurs du mouvement pour la sauvegarde du RND dirigé par Tayeb Zitouni et Nouria Hafsi. De son côté, le Front des forces socialistes (FFS) tiendra vendredi prochain 10 août une session extraordinaire de son conseil national. Dans une déclaration à l’APS, le premier secrétaire national du parti, Ali Laskri a indiqué hier que cette rencontre sera consacrée aux élections locales prévues le 29 novembre 2012.  Le plus vieux parti de l’opposition n’a pas fini avec la protestation menée par Karim Tabou et autres cadres du parti après la démission de 60 cadres et militants et une probable création d’une nouvelle formation politique par M. Tabou. Dans l’histoire du FFS, ce parti a toujours favorisé la participation aux locales, donc, il n’est pas question de rater ce rendez-vous à cause d’une dissidence. Au niveau du Parti des travailleurs, la secrétaire générale du PT, Mme Louisa Hanoune, a demandé, lundi à Blida, «davantage de garanties» pour encourager les formations politiques à participer aux prochaines échéances électorales. Les petits partis sont aussi en pleine agitation comme c’est le cas de l’Alliance nationale républicaine qui a vu le départ de sept cadres qui demandent un congrès extraordinaire. Au niveau du Front national algérien, l’Intérieur vient de rejeter le congrès tenu par Moussa Touati. Au-delà des élections locales, les grands partis se préparent déjà aux enjeux politiques de la prochaine étape qui sont l’amendement du texte fondamental de la République et la présidentielle de 2014.  

Source Le Jour d’Algérie Nacera Chennafi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires