Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 03:51

Algérie - Le gouvernement poursuit sa politique de dévaluation du dinar en catimini

Entamée à la fin 2008, la baisse du dinar par rapport à l’euro se poursuit. La monnaie unique européenne a franchi la barre des 111 dinars, selon le taux de change officiel communiqué jeudi 8 octobre par la Banque d'Algérie. Un euro s’échange à 111,22 dinars contre 110,83 dinars le 4 octobre dernier. Il valait autour de 107 dinars durant l'été.

Mais si le dinar a perdu du terrain par rapport à l'euro, sa cotation reste stable depuis plusieurs mois par rapport au dollar, entre 75 et 76 dinars pour un dollar. Une situation qui confirme l’arrimage du dinar au billet vert. Cette glissade du dinar intervient dans un contexte marqué par un excès de faiblesse du dollar par rapport à l’euro. Jeudi, l’euro s’échangeait au-dessus de 1,47 dollar.

En fait, la glissade du dinar a commencé en octobre 2008. En l’espace de trois mois, la monnaie nationale avait perdu plus de 25% de sa valeur par rapport à l'euro. Il y a une année, un euro cotait 103 dinars, selon le change officiel de la Banque d’Algérie. Depuis fin 2008, l'euro n'a pas cessé d'augmenter par rapport au dinar.

Le gouvernement, à travers cette dévaluation en catimini, chercherait à freiner la consommation et à réduire la facture d'importation qui a atteint le chiffre record de 39 milliards de dollars en 2008. D'autant que 60% des importations de l'Algérie sont facturées en euros et proviennent des pays de l'Union européenne (UE) alors que les exportations du pays, constituées à 95% d’hydrocarbures, sont facturées en dollar.

Explication : avec un dinar faible, les produits importés deviennent plus chers et donc moins accessibles. Les voitures sont particulièrement touchées par cette dégringolade du dinar par rapport à l'euro. Leurs prix ont sensiblement augmenté depuis 2008. "La chute du dinar par rapport à l'euro pénalise nos ventes", reconnaît un responsable de Renault Algérie.

Des chefs d'entreprises redoutent l'utilisation par le gouvernement de l'arme de la dévaluation du dinar pour réduire la facture de l'importation afin d'équilibrer la balance des paiements en 2009, menacée par la baisse de 50% des recettes pétrolières par rapport à 2008 et la hausse des importations. Selon des sources proches des milieux d’affaires, le gouvernement pourrait laisser le dinar filer jusqu’à 200 dinars pour un euro. "Si les mesures contenues dans la loi de finances pour 2009 visant à réduire les importations s'avèrent peu efficaces, le gouvernement peut recourir à l'arme de la dévaluation du dinar rapport à l'euro pour rendre les produits importés plus chers et freiner la consommation", estime le patron d'un groupe privé.

Le gouvernement peut en fait actionner le levier du dinar faible comme solution pour freiner la consommation des ménages et réduire les importations, sans s'attirer des critiques de l'étranger. Avec un dinar faible, il y a aura sur le marché des produits très chers et inaccessibles aux larges couches de la société.

Source TSA Ali Idir

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires