Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 08:06

Algérie –Egypte Mise en place d’un pont aérien entre Alger et la Capitale soudanaise : Tous à Khartoum !

La rencontre du Caire qui a vu la défaite de notre équipe nationale face à son homologue d’Egypte suscite bien des interrogations. En dehors du résultat chiffré, les Algériens dans leur ensemble se posent la question de savoir ce qui s’est réellement passé en terre égyptienne. Si l’aspect technique a été mis de côté, celui relatif au sécuritaire revient dans toutes les discussions. Une fois le choc du résultat dépassé, les supporters de l’équipe nationale se sont sentis plus solidaires que jamais avec leur formation. Il n’était pas question d’accepter une situation aussi dramatique que celle vécue par les Algériens au cours de leur séjour en Egypte. La rue algérienne a grondé hier pour dire non à cette arnaque égyptienne, pour dénoncer le laxisme de la FIFA, la langue de bois de nos autorités et la naïveté de la FAF.
Se sentant frustrés par la tournure prise par la rencontre de football qui a eu lieu au Caire, les Algériens dans leur ensemble dégagent cette impression d’avoir été trahis. Un doigt accusateur est pointé vers les autorités nationales qui ont mal géré le déplacement et le séjour de l’équipe nationale et des supporters. Le ministre de la Jeunesse et des Sports a eu pour son grade, lui qui a tenu un discours conciliateur au moment où les pierres s’abattaient sur la délégation algérienne. Les jeunes dénoncent la Fédération algérienne de football qui est tout simplement accusée d’avoir affiché une position de faiblesse devant son homologue égyptienne. La fédération qui avait promis au départ que tous les aspects du séjour de la délégation ont été minutieusement préparés a été tout simplement flouée dans ses démarches, car il est de notoriété publique que les Egyptiens utilisent, depuis fort longtemps, des entourloupettes pour faire passer la pilule. Dans le même moment, la FIFA est soupçonnée de prêter flanc aux Egyptiens sachant que les sanctions qui ont été prises au lendemain de l’agression caractérisée sur les joueurs algériens étaient légères.
En fin de compte, ce sont les Egyptiens qui s’en sortent à bon compte puisque même l’avertissement de l’instance internationale n’aura servi à rien. Il faut dire ouvertement aujourd’hui qu’il ne fallait pas attendre grand-chose de cette structure sachant que son premier responsable n’a pas hésité à dire qu’il serait regrettable que l’équipe égyptienne soit absente du prochain Mondial. L’obligation de réserve a été tout simplement bafouée par Blatter. Les supporters de l’équipe nationale, et de nombreux Algériens, jeunes et moins, ne juraient que par un seul slogan durant la journée d’hier. « Nous irons tous à Khartoum ! » Le mot d’ordre ainsi lancé, les jeunes, au niveau de plusieurs villes du pays, ont vécu dans une effervescence particulière en se ruant qui vers les agences d’Air Algérie, qui vers l’ambassade du Soudan à Alger, qui vers les daïras pour effectuer les formalités du voyage. Le sentiment d’avoir été floués a suscité une colère difficile à contenir chez les Algériens qui demandent réparation. Pour ce faire, contre mauvaise fortune, ils font bon cœur et se déclarent prêts pour rejoindre Khartoum aux côtés de leur équipe nationale. Une manière de prouver qu’un ressort s’est cassé dans la confiance placée dans les autorités à charge d’entourer la formation des Verts. La rue algérienne a su recharger ses batteries, elle ne regarde pas dans le rétroviseur pour se projeter carrément dans le match de mercredi.

Les Algériens peuvent obtenir leur visa à l’aéroport de Khartoum
Les supporters algériens désirant se rendre à Khartoum pour soutenir l’équipe nationale contre l’Egypte dans le match d’appui qualificatif à la coupe du Monde 2010, mercredi prochain, peuvent obtenir leur visa à l’aéroport même de la capitale soudanaise, a indiqué dimanche à l’APS le consul du Soudan à Alger, M. Khaled Mohamed Ali.
Les supporters algériens, résidant en Algérie ou à l’étranger, peuvent, de ce fait, se déplacer en possession de leur passeport et se faire délivrer sur place le visa d’entrée en terre soudanaise, a ajouté la même source. Le chargé d’affaires à l’ambassade du Soudan à Alger, M. Mohamed Abdelaal Haroun, avait annoncé auparavant que les visas, qui seront délivrés aux supporters algériens désirant se rendre à Khartoum, seront gratuits.
Dans une déclaration à la Radio nationale, M. Abdelaal a indiqué que cette décision vient "en reconnaissance des bonnes relations liant les peuples algérien et soudanais et de la position algérienne inaliénable et permanente soutenant le Soudan, aux niveaux régional et international".
Source El Watan Azeddine Hammou / APS
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires