Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 08:49

A J-4 d’Egypte – Algérie - La fièvre de l’emblème
la fête avant le match

C’est connu : le football déclenche les passions et fait monter l’adrénaline. Mais chez nous, c’est plus que cela. Avec ces matches de qualification des Verts pour la phase finale de la Coupe du monde, l’Algérien a redécouvert l’amour pour son emblème national. Le drapeau vert et blanc, drape toute l’Algérie, d’Est en Ouest et du Nord au Sud.

Le 1er Novembre de cette année a coïncidé avec l’événement créé par notre équipe nationale qui s’apprête à décrocher un billet pour la Coupe du monde de 2010 en Afrique du Sud, et voilà que des milliers, voire des millions de drapeaux ont fait leur apparition partout dans tout le pays.
Petits ou grands, sur les balcons, sur les façades des édifices, sur les voitures ou sur une écharpe autour du cou, l’emblème national est partout. Une frénésie s’est emparée du peuple à l’approche du rendez-vous du 14 novembre au Caire, surtout après que certains médias égyptiens ont titillé l’ego et le nationalisme ancré des Algériens. Le sursaut national autour de l’emblème national voulu et espéré par les pouvoirs publics, opération lancée il y a quelque temps à l’occasion de la fête du 5-Juillet, s’appuyant sur une opération de marketing de grande envergure, n’a pas donné, tout à fait, le résultat escompté comme l’ont fait l’équipe nationale de football et ses résultats sur le terrain.
Chaque citoyen ayant reçu gracieusement l’emblème national l’a bien soigneusement rangé dans un tiroir pour le sortir le jour qu’il faut. Et spontanément, le drapeau algérien fait son apparition avec les exploits de Karim Ziani et ses coéquipiers, car pour le peuple, l’emblème représente et symbolise la réussite avant tout. Dans le sport ou dans tout autre secteur, l’Algérien exhibe son drapeau lorsque c’est nécessaire, pour exprimer sa joie ou sa fierté, ou bien pour revendiquer ses droits. Il rejette systématiquement à ce que l’on utilise à d’autres fins, car, à ses yeux, on n’associe pas l’amour d’un pays à des intérêts sordides.
Aujourd’hui, dans les cités et hameaux les plus pauvres on cotise pour se faire fabriquer des drapeaux immenses. A Biskra, c’est un emblème de 300 mètres qui a été confectionné, du côté du quartier populaire de Saint-Pierre à Oran, on en fera autant.
Les devantures des boutiques et les étals de marché exhibent l’emblème national à tous les prix et dans toutes les dimensions, faisant taire ceux qui évoquent la crise identitaire de la société algérienne.
Une équipe de football a remis en question pas mal de convictions, et même à Rome où les joueurs de l’équipe nationale ont débarqué samedi pour aller en stage on ne voyait que l’étendard vert et blanc frappé d’une étoile et d’un croissant rouges.
Que dire alors de notre communauté dans les villes de New York, Montréal, Londres, alors qu’en France c’est la stupeur totale chez les belliqueux du Front national qui ont vu en le drapeau algérien hissé par des milliers de manifestants d’origine algérienne un affront à la république et à l’intégration. Le 14 novembre, si l’Algérie venait à se qualifier au prochain Mondial, le record de drapeaux algériens sortis et brandis serait incontestablement battu. Et si c’est le contraire, l’emblème national sera soigneusement rangé dans un coin en attendant d’autres conquêtes, consécrations, réussites et exploits de nos vaillants Verts, et de tout autre Algérien fier de sa patrie.

A. S-B.

Le groupe sera au complet aujourd'hui, en attendant Abdoun l Le sélectionneur Rabah Saâdane pourra compter sur les services de 99% de son effectif à partir d’aujourd’hui. En effet, les retardataires doivent rejoindre l’équipe ce matin, à l’exception du pensionnaire du FC Nantes Atlantique, Djamel Abdoun, appelé à disputer une rencontre de Ligue 2, ce soir. Toutefois, il rejoindra ses coéquipiers dès demain matin.
Les Verts ont débuté le stage avec neuf joueurs seulement, les huit, qui évoluent dans le championnat d’Algérie en plus de Karim Ziani. Hier, huit éléments sont venus compléter le groupe. Il s'agit de Rafik Saïfi, Nadir Belhadj, Hassen Yebda, Yacine Bezzaz, Rafik Djebbour, Karim Matmour, Antar Yahia et Madjid Bouguerra. Aujourd’hui, Meghni, Ghezal, Mansouri, Ghiles, Bouazza et Halliche seront en Italie avec le reste de l’équipe.

Dj. O.

Les billets du match disponibles à Alger l Les billets du match de football Egypte-Algérie du 14 novembre prochain au Caire seront mis en vente à partir de demain, mardi, auprès de l'agence Air Algérie de l'avenue Pasteur à Alger, a appris l'APS auprès du P-DG de la compagnie, Wahid Bouabdallah.
La même source précise que «les formalités d'octroi de visas peuvent être également remplies auprès des agences d'Air Algérie du fait des assurances reçues des autorités égyptiennes de délivrer ces visas à l'aéroport du Caire».
Toutes ces mesures, indique-t-on, visent à créer les meilleures conditions pour le séjour des supporters algériens désireux de se rendre dans la capitale égyptienne pour soutenir le Onze national.

Ziani caresse de nouveau le ballon l Le stage de l’équipe nationale a débuté hier après-midi dans le somptueux et confortable centre sportif de Coverciano à Florence, en Italie, avec une légère séance d’entraînement dirigé par le sélectionneur national Rabah Saâdane. Et déjà une bonne nouvelle : Karim Ziani a caressé de nouveau le ballon en s’adonnant à ses premiers exercices avec le reste de ses coéquipiers présents au stage (8 sur les 24 convoqués par le staff technique), en attendant l’arrivée des retardataires. Il faut souligner que Ziani a été le premier à être arrivé sur le lieu du stage où il a été accueilli par le manager de la sélection Walid Sadi. Evidemment, il est un peu trop tôt pour se prononcer sur son état de santé et sa participation au match de samedi, mais le fait qu’il ait rejoint ses coéquipiers sur le terrain le sourire aux lèvres, est déjà bon signe. L’autre bonne nouvelle, c’est le rétablissement de l’autre milieu de terrain, Mourad Meghni qui a rejoué hier avec son club en championnat lors du choc de la journée face à l’AC Milan au Stadio Olimpico (1 à 2), puisqu’il a été aligné en seconde mi-temps. Meghni a rejoint le groupe hier soir dès la fin du match de championnat, tout comme la plupart des professionnels ayant évolué ce week-end. Concernant les joueurs blessés (Yahia, Bougherra et Ziani, ainsi que Yebda qui est arrivé à Rome en boitant), ces derniers ont été directement pris en charge par le staff médical, et à sa tête le Dr Bouguelali Mohamed qui sera le second homme important durant ce stage après Saâdane. Pour rappel, le staff technique a prévu une seule séance quotidienne de deux heures dans l’après-midi, alors que la matinée les joueurs profiteront, pour les uns d’un quartier libre, alors que pour d’autres ce seront les soins intensifs pour être prêt le jour J.

A. S.-B.

Les Verts sous le charme de Coverciano l La délégation algérienne présente au centre sportif de Coverciano a été ébahie par les installations, les commodités et la beauté de ce site idéal pour la préparation d’une rencontre aussi importante que celle contre l’Egypte ce samedi.
Pour certains éléments de la sélection, notamment les joueurs locaux, c’est le meilleur établissement sportif qu’ils ont visité durant toute leur carrière footballistique. D’ailleurs, Rabah Saâdane et Mohamed Raouraoua ont bien compris l’intérêt de mettre les Verts dans de telles conditions, qui ne sont que celles de la sélection nationale italienne championne du monde en 2006.
Les coéquipiers du gardien international Gaouaoui se disent très satisfaits de ce début de stage et du centre qui offre toutes les possibilités d’une préparation de très haut niveau.
Le professionnalisme des Italiens est bien connu sur le plan mondial, pour preuve ce musée sur le calcio qui se trouve à quelques mètres du centre et que les joueurs vont certainement visiter lors de leur séjour à Florence. Tout le monde n’attend que le moment d’aller faire une virée et plonger dans l’histoire de l’un des plus grands championnats au monde, une façon aussi de décompresser et de mesurer la grandeur footballistique de la nation Italienne.

A.S.B.

Source Info Soir

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires