Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 00:13

La rivalité algéro-égyptienne se limite-t-elle au sport ? Les couacs entre les deux nations ont toujours existé même en politique.

Autant leurs liens historiques sont profonds, autant les différends sont grands. Mais il n’y a eu aucune crise politique majeure entre les deux pays. Ce qui se passe depuis mercredi dernier, suite à la défaite de l’équipe égyptienne face à l’Algérie en match d’appui pour la qualification au Mondial sud-africain de 2010, constitue un précédent dans l’histoire des relations entre les deux pays. Le président égyptien, Hosni Moubarak, convoque le conseil national de sécurité et fait des déclarations qui s’apparentent à « une mise en garde contre les Algériens ». « Durant toute ma carrière, je n’ai jamais vu ça. Le président Moubarak n’a jamais convoqué un conseil national de sécurité même pour l’agression israélienne contre Ghaza », a affirmé l’ancien ministre de la Communication et diplomate, Abdelaziz Rahabi. Selon lui, les déclarations des officiels égyptiens et leurs attaques contre l’Algérie sont d’une extrême gravité. « C’est inadmissible ! Les officiels égyptiens s’attaquent à l’Algérie sans retenue. Je pense que les responsables algériens sont en train d’examiner la situation pour comprendre les raisons de cette réaction. Mais il ne faut pas se taire face à ce genre de déclarations », estime-t-il. Ira-t-on vers une crise diplomatique ? Pour notre interlocuteur, il n’en est rien pour le moment. « Il faut être vigilant. Cette réaction égyptienne n’est qu’une diversion, car l’Algérie n’a aucune responsabilité pour protéger les supporters égyptiens au Soudan. Et ensuite, c’est l’Algérie qui doit demander des comptes au pouvoir égyptien qui s’est engagé à assurer la sécurité des Algériens au Caire », ajoute-t-il. Comment expliquer cette rivalité ? Pour les spécialistes, les différends algéro-égyptiens sont directement liés à un souci de leadership dans le monde arabe.
Ce n’est bien sûr pas l’Algérie qui cherche à se positionner. Ce sont en revanche les Egyptiens qui veulent à tout prix récupérer un leadership perdu depuis les accords de Camp David entre le président Anouar El Sadate et les Israéliens en septembre 1978. Voulant garder sa position de pont entre l’Orient et le Maghreb, l’Egypte ne tolère même pas une défaite sportive. C’est ainsi que le fair-play ne s’est jamais invité à l’occasion de toutes les confrontations entre les deux pays. En 1983, et pour un simple match préliminaire des Jeux olympiques, la tension était grande. La haine entre les deux pays s’est installée depuis le fameux match de foot pour la qualification au Mondial italien de 1990. La rencontre s’est jouée au Caire en 1989 et l’Egypte avait éliminé l’Algérie. Une violente bagarre a eu lieu entre les joueurs des deux équipes et un médecin de la sélection égyptienne avait perdu un œil dans l’affaire. En réaction à cet acte, la justice égyptienne avait émis un mandat d’arrêt international contre Lakhdar Belloumi, le légendaire numéro 10 des Verts. Comme elle a privé l’Algérie d’un troisième mondial, l’Egypte, elle aussi, a été empêchée d’une participation en Coupe du monde de 2002. C’était en 2001 à Annaba, et l’Algérie qui était déjà disqualifiée, a renvoyé l’Egypte à la maison en refusant de lever le pied lors de cette rencontre. Et comme aujourd’hui, l’animosité égyptienne contre l’Algérie est sans limite. En plus de la guerre sportive, les deux pays ont connu aussi une concurrence sur le plan politique. Le fait le plus important est la polémique éclatant, en mai 2004, entre les deux pays sur la démocratisation de la Ligue arabe et l’instauration d’une présidence tournante de cette organisation. Touché, semble-t-il dans son « amour- propre », le pouvoir de Hosni Moubarak a réagi fermement à la demande du ministre algérien des Affaires étrangères de l’époque, Abdelaziz Belkhadem. Il a dû recourir au lobbying pour maintenir Amr Moussa à la tête de l’organisation panarabe et de sauvegarder son siège au Caire. En outre, il faut dire que le rôle de l’Egypte dans le conflit arabo-israélien a complètement altéré l’image de ce pays chez l’opinion publique arabe et algérienne en particulier.
Source  El Watan Madjid Makedhi
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires