Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 06:07

El Biar (Alger) - Jumelage avec Alfortville

mairie-El-Biar.jpg

Les villes française d’Alfortville et algérienne d’El Biar ont scellé, hier, samedi, dix ans d’échanges, en signant une convention de jumelage.

Cet accord devrait renforcer le partenariat dans divers domaines, notamment dans la gestion administrative, le sport, l’urbanisme et la formation.

Pour le député-maire d’Alfortville, ville située dans le Val-de-Marne, en région parisienne, ce jumelage est la consécration de dix ans d’échanges entre les deux villes et intervient à une date «très symbolique», celle de la fondation de la ville d’Alfortville, il y a 126 ans jour pour jour.

Afin de donner corps à ce partenariat naissant, René Rouquet a indiqué qu’un programme de travail avait été élaboré sur le fonctionnement des services des deux mairies, avec les cadres et les agents de la ville.

«Nous croyons aux vertus de cette union, qu’il s’agisse de la formation au sein de nos collectivités, ou dans le domaine du sport, où nous connaissons à fois la qualité des équipements à El Biar et la réalité de ses attentes», a-t-il confié en signalant que plusieurs projets d’échanges sportifs étaient «déjà en route».

De son côté, le maire d’El Biar, Mohamed Labdellaoui, s’est réjoui de cette réalisation «historique» et a souhaité que ces relations puissent s’inscrire dans la durée.

M. Labdellaoui s’est également engagé, au nom de la délégation qu’il conduit, dont le wali délégué du quartier voisin de Bouzaréah, à mettre en application les termes de cette convention par le lancement rapide d’actions de coopération réalisables pouvant avoir un impact réel sur les deux collectivités.

Le Consul d’Algérie à Vitry-sur-Seine, Nait Tighilt Lyès, a, de son côté, souligné l'expérience acquise par la municipalité d'Alfortville en matière de gestion de la ville, d'organisation des transports, de mise en place d'infrastructures éducatives et sportives, de promotion de l'activité culturelle et de développement de la vie sociale et associative.

Le point de départ de ce jumelage remonte à décembre 2001 lorsque 700 Alfortvillais environ s’étaient rassemblés au Palais des Sports de la ville, à l’appel de l’association que préside M. Dahmani, pour venir en aide aux victimes des inondations qui avaient endeuillé le quartier de Bab El Oued, à Alger, en novembre 2001 faisant plusieurs centaines de victimes.

En février 2002, le produit d'une collecte de dons a été remis aux enfants de Bab-El-Oued, en collaboration avec l’association Ouled-El-Houma.

L’accord de jumelage entre Alfortville et El Biar est le quatrième du genre que signe la ville française avec des homologues de même ampleur et de démographies analogues, dans le monde depuis 1989.

Source Infosoir Brahim R.L. / APS

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
ou qui son les vraies EL BIAROIES les missilies les souryes les B T S OU les vraies algeroies maleheruesement non dite moi les elues de la mairie D EL BIAR si ils son devraiesEL BIAROIES ou comme on dit saffe el rifie de1962 pauvre EL BIAR dans quelles main tu est salut a tous les vraies ELBIAROIES
Répondre