Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 16:25

 

72 postulants en lice

 

election participation

Les conditions fixées par la loi électorale constituent un défi difficile à relever.  

La liste des postulants au poste du premier magistrat du pays s'allonge. A peine dix jours après la convocation du corps électoral, 72 postulants ont retiré les formulaires de signatures individuelles. «72 postulants à la candidature pour l'élection présidentielle du 17 avril prochain ont retiré les formulaires de souscription de signatures individuelles», a annoncé hier le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz, en marge d'une séance plénière à l'Assemblée populaire nationale (APN) consacrée aux questions orales.
La liste des candidats risque de dépasser la barre de la centaine, si ce n'est pas plus, d'ici l'expiration du délai en début mars prochain. Au deuxième jour de la convocation du corps électoral, le nombre des formulaires retiré était de 15.
La convocation du corps électoral a sérieusement secoué les esprits.
Avant cette date, le nombre des candidats affichés ne dépassait pas les six pour atteindre au bout de 10 jours 72 candidats. Ces lièvres vont-ils maintenir le souffle? Le ministre de l'Intérieur se montre peu optimiste. Pour lui, le statut de candidat n'est pas encore confirmé. «Les postulants à la candidature qui ont retiré les formulaires ne sont pas encore des candidats officiels et ils ne seront considérés comme tels en vertu de la loi, qu'une fois que le Conseil constitutionnel aura statué sur la validité de leurs dossiers de candidature», a expliqué M.Belaïz devant la presse. En plus clair, le patron de l'Intérieur estime qu'il faut d'abord dépasser l'épreuve du Conseil constitutionnel pour parler de candidat. «Les postulants à la candidature ne seront considérés comme des candidats officiels qu'après la publication par le Conseil constitutionnel de la liste des candidats retenus, lesquels pourront alors se présenter à la présidentielle,» a ajouté M. Belaïz.
Effectivement, même si la loi fondamentale garantit le droit à tous les Algériens et Algériennes de se présenter à l'élection, il n'en demeure pas moins que l'affaire est loin d'être aussi simple.
Les conditions fixées par la loi électorale constituent un défi difficile à relever.
Les postulants doivent présenter, soit une liste comportant au moins 600 signatures individuelles de membres élus d'Assemblées populaires communales, de wilayas ou parlementaires réparties au moins à travers 25 wilayas, soit une liste comportant 60.000 signatures individuelles au moins d'électeurs inscrits sur une liste électorale, recueillies à travers au moins 25 wilayas. Ce qui démontre que le test s'annonce difficile pour les petits lièvres.
Parmi les 72 postulants, la plupart vont finir par rebrousser chemin. Comme à chaque élection, seulement une poignée de candidats pourra mener la bataille à la magistrature suprême jusqu'au bout. Interrogé sur la décision de boycott de la prochaine présidentielle par certains partis, M. Belaïz a refusé de commenter une telle décision. «C'est une question interne aux partis qui sont libres de participer ou non», a-t-il affirmé.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires