Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 03:49

Le RCD y participera

Mohcine Belabes

 

Il était attendu que le RCD ne reconduira pas la même position de boycott adoptée à l’occasion des dernières législatives en ce qui concerne les élections locales du 29 novembre prochain, puisqu’il vient de décider d’y prendre part.
- Alger (le Soir )- Et c’est le conseil national du parti, réuni ce vendredi en session ordinaire, qui a entériné ce mot d’ordre à une majorité écrasante, puisque seuls 14 membres de cette instance consultative ont voté contre au moment où 5 autres se sont abstenus. Une décision qui était attendue mais qui n’a été prise qu’à l’issue d’un assez large débat où l’opportunité d’une telle option était amplement déclinée dans un ensemble de questions que le président du parti a énumérées dans son discours d’ouverture de cette session. Mohcine Bellabas ne manquera pas l’occasion de s’interroger s’il était possible de laisser la gestion des affaires des collectivités locales à des individus qui ont montré leur absence de motivation militante et leur tentation à servir de levier au pouvoir qui utilise les structures de l’Etat pour menacer et soumettre les citoyens qui revendiquent leurs droits ? «Peut-on ignorer les sollicitations des populations satisfaites par la gestion de l’écrasante majorité de nos élus locaux dans les communes où nous avons eu la majorité ? Peut-on renoncer au travail fait par nos élus pour préparer l’alternative dans les communes où nous avons été dans l’opposition ?» Ceci avant de passer aux raisons plus politiques de la position à l’égard de ces futures élections locales, s’interrogeant, de nouveau, si la participation à ces joutes ne risquerait pas d’être perçue comme une incohérence stratégique par rapport au boycott par le parti des législatives du 10 mai dernier, ou encore si la fraude électorale était une raison suffisante pour boycotter ce scrutin. Des questionnements à valeur d’éléments conducteurs du débat autour de la participation ou pas aux locales du 29 novembre prochain. Un débat dont il s’agissait hier, en fait, de l’épilogue, tant il a été longuement mené lors des neuf rencontres régionales des cadres du parti en juin dernier et au bout duquel il a été relevé l’importance d’être plus près du citoyen en se rendant plus visible, et plus solidaire pour la prise en charge de ses préoccupations immédiates, l’accompagnement du mouvement associatif au niveau local, sans lequel aucun rapport de force à même de hâter le changement ne pourra être construit. Autant d’éléments plaidant on ne peut plus clairement pour la participation à ces élections qui ont fait que le mot d’ordre de cette dernière a été entériné à une écrasante majorité des membres du conseil national du parti. Ce mot d’ordre adopté, les discussions ont aussitôt pris une autre direction, à savoir la capacité du parti à pouvoir se présenter dans le maximum de circonscriptions électorales à la lumière de la très contraignante loi électorale qui a revu à la hausse et très substantiellement la composante des collectivités locales. Et à ce propos, les avis divergent même s’ils sont majoritaires, les cadres du RCD à promettre de relever le défi de cet énième tour de vis du pouvoir à l’effet de réduire au maximum la participation des partis de l’opposition, notamment le parti de Mohcine Belabbas. Et plus que cela, ils escomptent plus que rééditer l’exploit des locales d’il y a cinq ans quant le parti a réussi la prouesse de sortir du ghetto kabyle en arrachant des sièges et des municipalités à l’est, à l’ouest et au sud du pays. Comme le maire injustement destitué de Beni-Abbès, dans la wilaya de Béchar, ou encore celui de Berriane dans la wilaya de Ghardaïa, qui se montrent confiants quant à refaire le «coup» du 29 novembre 2007 et plus que cela puisqu’ils promettent d’élargir leurs «prouesses à d’autres communes voisines. »
Source Le Soir d’Algérie M. Kebci

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires