Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 06:03

Les préalables du RCD

Said Sadi au conseil national du RCD

 

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) entretient le suspens quant à sa participation ou non aux prochaines élections législatives. Les résolutions du récent conseil national du parti tenu à Alger, viennent de réitérer les préalables posés par le parti dans le sens d'assurer la transparence des élections. "Seule une surveillance internationale massive et qualifiée permettra de ramener mobilisation citoyenne et crédit politique aux élections dans notre pays. Exigée depuis de longues années par le RCD, cette surveillance, récemment acceptée du bout des lèvres par le pouvoir est, maintenant, l'objet de tergiversations diplomatiques et de contestations politiciennes de la part des bénéficiaires des quotas anciens ou nouvellement recrutés", lit-on dans le communiqué sanctionnant les travaux du conseil national du RCD. Donc, la question sera définitivement tranchée à l'issue du quatrième congrès du parti prévu "au courant du premier trimestre 2012", où la formation de Saïd Sadi décidera de sa participation ou pas aux élections législatives. A cette condition, c'est-à-dire la surveillance internationale des élections, s'ajoute l'impératif d'un cahier des charges "posant les fondamentaux démocratiques en tant que préalables non négociables s'imposant à tout compétiteur, déterminera la position du RCD quant aux prochaines échéances électorales", conditionne encore le RCD, en guise de garantie pour une élection libre et transparente. Lors de son discours inaugural des travaux du conseil national extraordinaire, le président du RCD s'est dit ne pas craindre l'avancée des islamistes à la faveur des prochaines échéances électorales, tout en nourrissant la suspicion autour d'une compromission visant à s'inscrire dans le sillage des révoltes arabes, qui ont vu la vague verte dévaster plusieurs pays, à l'instar de la Tunisie, de l'Egypte et du Maroc. Pour cela, "le RCD réitère une conviction inébranlable sur les principes et les procédés devant présider au choix des représentants du peuple et la construction d'institutions stables et légitimes, si l'on veut libérer l'Algérie du système qui la blesse, l'humilie, la déstabilise et la bride depuis 1957", en guise de garantie quant à la réussite des prochaines échéances électorales. Par ailleurs, les résolutions du conseil national du RCD relèvent "l'impasse politique" et "les errements diplomatiques" qui caractérisent l'Algérie de 2011, appelant dans la foulée les citoyens à se mobiliser en faveur d'un changement pacifique dans le pays. "Le RCD fait le choix de la lucidité et du patriotisme. Il en appelle à l'ensemble des citoyens pour se mobiliser, chacun à son niveau, afin d'engager, pendant qu'il est encore temps, le pays dans un changement démocratique et pacifique", rappelle-t-on dans ce sens. En attendant de trancher quant à sa participation aux prochaines législatives, Saïd Sadi ne désespère pas donc de reprendre le flambeau de la contestation pour réclamer le changement du système politique. Les marches des samedis adoptées au début de l'année en cours ont été couronnées, rappelons-le par un échec cuisant, somme toute une mobilisation faisant atrocement défaut. N'empêche, les prochaines élections seront un test de plus pour le RCD de jauger la popularité de sa formation politique.

Source Les Débats M. Ait Chabane

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires