Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 06:35

Les assurances de Medelci

M.Mourad Medelci

 

Du prochain rendez-vous électoral à la situation au Sahel en passant par l'Union du Maghreb arabe, le chef de la diplomatie algérienne aura répondu à toutes les préoccupations de l'opinion nationale et internationale.

Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a fait le tour de toutes les questions brûlantes de l’actualité nationale et internationale, lors de son passage hier sur les ondes de la Radio nationale, Chaîne III. Du prochain rendez-vous électoral à la situation au Sahel en passant par l’Union du Maghreb arabe, le chef de la diplomatie algérienne aura répondu à toutes les préoccupations de l’opinion nationale et internationale. Commençant par les prochaines élections législatives qui approchent à grands pas et que l’Algérie compte organiser de la manière la plus transparente, Medelci a annoncé qu’une mission de précurseurs de l’Union européenne (UE) se rendra prochainement en Algérie pour s’enquérir de l’état de préparation des élections. «Une mission de précurseurs se rendra en Algérie pour s’assurer de l’état de préparation institutionnel et organisationnel du prochain scrutin», a indiqué le ministre, soulignant qu’un mémorandum d’entente consignant les conditions dans lesquelles évolueront les missions d’observation sera passé avec l’UE. Pour le chef de la diplomatie algérienne, «ce n’est pas la première fois que nous appelons de nos vœux que des observateurs étrangers viennent en Algérie». D’après Mourad Medelci, la lutte contre la fraude est inscrite au fronton des priorités de l’État depuis de nombreuses années. «Maintenant, il ne faut pas sous-estimer la crainte de la fraude, il faut la gérer. Pour cela, il faut travailler en ayant le sens de l’organisation. D’où pourrait venir la fraude ? Il faut identifier ses poches et faire en sorte, de par une vigilance accrue, d’éviter son développement. La fraude n’est pas une fatalité», a-t-il dit.

 «L’Algérie est souveraine»

Interrogé sur «certains partis islamistes» qui menacent de recourir aux instances internationales pour obtenir de nouveau  leur agrément en tant que partis politiques, il  a déclaré que «la communauté internationale ne peut pas ignorer l’histoire», faisant allusion aux crimes commis par les islamistes dans les années 90. «L’histoire a été douloureuse pour ce pays. Aujourd’hui, fort heureusement, nous avons transcendé tout cela et nous l’avons fait au terme d’un référendum sur la réconciliation nationale qui a clarifié les choses. Ce référendum a tracé un certain nombre de lignes rouges. Ces lignes sont respectées par les lois algériennes y compris celles qui viennent d’être revues», a-t-il déclaré. Pour l’invité de la radio, «l’Algérie est souveraine et transparente. Durant les annés noires, elle n’a reçu  d’aide d’aucune partie, ni maghrébine ni arabe, ni musulmane, ni occidentale. Alors, je crois, et c’est un fait établi, qu’elle est sortie de ce drame elle-même. Elle est aujourd’hui en mesure de partager ses expériences avec les autres. Elle n’a pas de leçon à recevoir», a-t-il ajouté.

Interrogé sur la probable arrivée de mouvements islamistes au pouvoir en Algérie, à l’image de ce qui s’est passé en Tunisie et au Maroc, Mourad Medelci a invité tout le monde à rester calme, disant que les Algériens connaissent bien l’islamisme politique.

Algérie-Maroc, le dégel ?

Le chef de la diplomatie algérienne a annoncé, par ailleurs, q’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Union du Maghreb arabe (UMA) aura lieu fin février au Maroc. «Avant la fin février, il est prévu une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UMA au Maroc», a déclaré Medelci. «L’UMA est une construction qui passe par une nouvelle organisation de nos rapports, une modification de certaines de nos institutions et la création de nouveaux mécanismes», a-t-il ajouté. Cette organisation régionale, qui regroupe cinq pays : Maroc, Tunisie, Algérie, Libye et Mauritanie, est actuellement en panne. «La fermeture de la frontière entre l’Algérie et le Maroc n’a jamais été une décision définitive. Le rapprochement qui s’opère avec le Maroc va se consolider avec le nouveau gouvernement marocain. Toutes ces évolutions travaillent à une normalisation à terme des relations entre Alger et Rabat», a souligné Medelci.

La frontière avec la Libye «n’est pas fermée»

Medelci a par ailleurs indiqué que la frontière avec la Libye n’était pas «fermée». «Elle est mieux sécurisée du fait du conflit en Libye» pour empêcher «le risque de transfert de populations et d’armes», a-t-il précisé. Selon le ministre, Tripoli va être «très probablement intégré» aux quatre pays de la bande sahélo-saharienne : Algérie, Niger, Mauritanie et Mali, pour renforcer la lutte contre le terrorisme dans cette région considérée comme un fief d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Selon lui, le processus de coopération entre les pays du Sahel pour contrer l’action terroriste et la menace qu’elle fait peser sur la région doit être évalué, corrigé et renforcé. «Il n’est jamais suffisant mais c’est un processus qui a le mérite d’exister». Autour de l’Algérie, il y a un consensus au niveau des pays du champ (Algérie, Niger, Mali et Mauritanie).

 Source Le Jour d’Algérie Salim Naït Mouloud

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires