Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 06:52

De nouveaux partis politiques participeront aux prochaines élections législatives.

Les choses devraient changer

le renouveau en algerie

 

Une donne qui devrait changer les calculs des partis ayant l'habitude de siéger et de rafler la mise à la chambre basse.

Reste cependant à savoir quel est le poids politique de ces mêmes formations. Certaines voix affirment d'ores et déjà, que la participation de nouvelles formations politiques changera, du moins, légèrement les rapports de force au sein de l'Assemblée populaire nationale. Alors que d'autres tablent sur une évidente suprématie des grands partis, plus enracinés et plus expérimentés. Néanmoins rien n'est encore gagné ni perdu pour les uns et les autres et le jeu démocratique risque de cacher des surprises pour différentes raisons. A commencer par le courant islamiste dont le foisonnement des formations, entre vieux et nouveaux, partis risque de fausser les calculs. En fait, outre le Mouvement de la société pour la paix (MSP), quatrième force politique du pays, et les deux partis de moindre importance, à savoir les Mouvements Islah et Ennahda, au moins trois nouveaux autres partis islamistes seront en lice pour les prochaines élections législatives. Il s'agit du Mouvement pour la prédication et le changement de Abdelmadjid Menasra, le Partis pour une Algérie nouvelles de Djamel Ben Abdeslam et le Parti pour la liberté et la justice de Mohamed Said, sans oublier le Front pour la justice et le développement de Abdellah Djaballah. Ainsi, au moins sept partis vont départager l'électorat islamiste. Mais ce qui mérite d'être relevé demeure les différends qui existent entre ces mêmes formations, faisant que l'option d'alliance islamiste soit plutôt faible. Et pour preuve, Abdelmadjid Menasra refuse de parler d'union avec son ex-parti le MSP, idem pour Djaballah ou Ben Abdeslam qui ont quitté les Mouvements Ennahda et El Islah. Pour les autres formations, à savoir le Front de libération national (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND), ils seront confrontés à la participation d'autres partis relevant que ce soit du courant nationaliste ou démocratique. Il s'agit entre autres, de l'Union démocratique et républicaine (UDR) chapeautée par Amara Ben Younes ou le Front démocratique de Ahmed Ghozali. Aussi, Il est à noter, concernant le Vieux parti, que la menace des redresseurs de se présenter avec leurs propres listes reste d'actualité. Ce qui n'est pas pour arranger l'actuelle première force politique du pays, qui risque de laisser des plumes lors de ces élections. Bien d'autres personnalités politiques, certainement moins médiatisés se porteront candidats à ces échéances. La récente déclaration du chef de l'Etat promettant une élection transparente ne fera qu'encourager les nouveaux partis ainsi que les candidats libres. Seulement que le seul et unique enjeu est le temps qui sera accordé à ces partis pour se préparer et mobiliser leurs troupes. D'ailleurs plusieurs d'entre eux ont exprimé le souhait de se voir agréés dans les plus brefs délais. Le ministre de l'Intérieur, lui, a affirmé avant-hier, que 15 partis ont déposé des dossiers et devraient attendre l'adoption de la loi sur les partis pour pouvoir obtenir le fameux sésame. En attendant, on apprend que plusieurs leaders politiques affichent de la méfiance à leur égard, certains avaient même souhaité que leur participation soit reportée sine die.      

Source Les Débats Aomar Fekrache

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires