Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 11:25

Enseignante de sciences islamiques, ses complices, une guide religieuse, un bijoutier et des banquiers

Dame-escroc.jpg

 

C'est la plus grosse affaire d'escroquerie dont l'auteur n'est autre qu'une femme de 50 ans, cerveau de la bande. Recherchée depuis 2003, la nommée R.F. a été arrêtée à Alger le 27 décembre dernier par les gendarmes de la Section de recherches d'Alger. Cette tristement célèbre femme est derrière la plus importante affaire d'escroquerie où pas moins de 200 victimes ont été piégées par ses agissements.

R. F. bénéficiait de la complicité de ses neufs acolytes, quatre femmes et cinq hommes, parmi lesquels figurent une guide religieuse de Tipaza, un bijoutier de Tipaza, son ex-mari, un cadre dans une banque publique à Alger et sa sœur, également employée dans la même banque. Le réseau a été démantelé grâce à une longue enquête conduite par les gendarmes.

    Au cours de ses agissements, la femme escroc a «récolté»  plus de 5 milliards de centimes, représentant les revenus des victimes, en plus de quantités de bijoux estimées par les enquêteurs à des centaines de millions de centimes, cela sans compter les villas, appartements, véhicules de luxe et les commerces dont elle tirait profit à travers ses escroqueries. En effet, il s’agit là de la plus tristement femme algérienne escroc de toute l’histoire. Tout a commencé en 2003, l’année où R.F, âgée aujourd’hui de 50 ans, a entamé une longue série d’escroqueries. Elle a escroqué près de 200 victimes, en se faisant passer pour l’épouse d’un cadre supérieur de l’Armée populaire nationale (ANP), puis pour le chef du service du logement de Tipaza, dans le but de gagner la confiance de ses proies. Ainsi, la femme a pu gagner la confiance de ses victimes auxquelles elle a soutiré des milliards de centimes, d’autant que chacune d’elles lui avait remis une somme allant de 20 à 300 millions de centimes pour avoir un logement participatif et rural, comme promis par la femme escroc.  Trois ans après, soit en 2006, les victimes se sont présentées à elle pour réclamer les logements qu’elle leur avait promis. Sentant le danger, la femme a pris la fuite au sud du pays, plus précisément à Illizi où elle a acheté une luxueuse villa pour s’installer. Entre-temps, elle reprend ses escroqueries en piégeant trois autres victimes auxquelles elle a promis un logement. Les trois «nouvelles» victimes ont cru à ses promesses, et lui ont remis des bijoux car elles n’avaient pas d’espèces. Après son forfait, R.F s’est réfugiée en Libye, tout en emmenant un «butin» estimé par les enquêteurs de la Section de recherches d’Alger à 500 millions de centimes, représentant les revenus de ses escroqueries. En Libye, pour blanchir son argent, R.F investit dans le commerce en procédant à l’achat des locaux commerciaux. Pire, pour regagner la Libye, R.F a utilisé un passeport falsifié, délivré par sa «servante», une femme qui travaille à son compte. Cette dernière a été «récompensée» par la femme escroc qui lui a acheté un appartement à Alger pour la somme de 250 millions de centimes. Après quatre ans passés en Libye, R.F a décidé de rentrer au pays. C’est ainsi qu’en 2010, elle s’installe à Alger-Centre avec la complicité de son ex-mari et de sa sœur, tous les deux travaillant dans une banque publique à Alger. A Alger-Centre, la femme escroc reprend ses escroqueries en piégeant d’autres victimes, toujours avec la même technique.    

Le bijoutier de Tipaza et l’enseignante de «chariaâ islamique»

De retour de Libye, R.F a «recruté» une femme âgée de 39 ans, M.N, une «guide religieuse» et enseignante de chariaâ islamique dans un lycée de Tipaza. Cette nouvelle recrue sera chargée par R.F d’investir les mosquées, les salles des fêtes et les milieux familiaux pour piéger d’autres victimes et les convaincre de pouvoir accéder à un logement participatif dans les plus brefs délais si elles payent une somme d’argent à la fausse «chef de service du logement de Tipaza», à savoir R.F. Les victimes confiantes ont déposé leurs dossiers chez R.F, en versant des sommes importantes à la femme escroc. Mais tout parcours a une fin. Cette femme d’une cinquantaine d’années a été arrêtée le 27 décembre dernier, après plusieurs enquêtes approfondies menées par la Section de recherches de la Gendarmerie nationale d’Alger. La femme escroc a été arrêtée dans son domicile, à Alger, près de la salle Harcha. Son arrestation a permis le démantèlement du reste du réseau composé de neuf éléments, dont le bijoutier de Tipaza qui écoulait les bijoux qu’elle escroquait. Au total, 200 victimes ont été dénombrées par les enquêteurs, dont beaucoup de femmes. D’autre part, la bande a réussi à récolter 5 milliards de centimes des escroqueries. Suite à la perquisition du domicile de R.F, les gendarmes ont découvert un faux passeport, celui qu’elle a utilisé pour fuir en Libye, une somme d’argent estimée à 11 millions de centimes, 240 euros, 4 dossiers de victimes, et enfin une quantité de bijoux estimée à 20 millions de centimes. Les dix accusés dans cette importante affaire, cinq femmes et cinq hommes, ont été présentés avant-hier, devant le tribunal de Sidi M’hamed pour les chefs d’inculpation d’association de malfaiteurs, usage et usage de faux, blanchiment d’argent et escroquerie.        

Source Le Jour d’Algérie Sofiane Abi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

boukhari 29/03/2012 00:23


puisque cette femme a été arrêté remboursra t 'elle les victimes puisque elle possede des dossier comme preuve de son escrocrie les pauvres leur besoin au logement et leur ignorance les ont fait
tombé dans le panneaux s'il vous plait ou en est arrivé cette affaire.

Le Pèlerin 30/03/2012 18:15



Bonjour Boukhari


Si vous avez été l’une de ses victimes, j’ai bien peur que vous ne retrouviez pas vos
biens


Il faut toutefois que les intéressés munis de preuves aillent porter plainte


Ensuite Inch Allah


Cordialement,


Le Pèlerin